Biélorussie: la police met en garde contre des «provocations en préparation» lors de manifestations

© Sputnik / Aller dans la banque de photosAction de protestation à Minsk
Action de protestation à Minsk  - Sputnik France
Dans le contexte de la vague de protestations qui déferle sur la Biélorussie, le chef de la police de Minsk a affirmé que des provocations pourraient être lancées lors de rassemblements.

La police de Minsk a déclaré disposer d’informations sur de possibles provocations au cours de manifestations non autorisées dans la ville.

«Des appels à prendre part aujourd'hui à des manifestations de rue illégales sont diffusés sur Internet. Leur objectif est évident: torpiller la situation et semer la discorde au sein de la société. Les organisateurs utilisent la population comme matière consommable, les faisant participer à des manifestations de masse illégales, avec toutes les conséquences qui en découlent», a déclaré Ivan Koubrakov, le chef de la police de Minsk.

Il a rappelé que ces actions non autorisées endommageaient de nombreux biens de la ville.

«Nous disposons d’informations sur des provocations en préparation. Soyez raisonnables et prudents et retenez également vos enfants contre toute action inconsidérée», a-t-il ajouté.

Des manifestations de masse ont été lancées par l’opposition dans toutes les régions de la Biélorussie dès le 9 août, le jour de la présidentielle qui a été remportée, pour la sixième fois consécutive, par le Président sortant Alexandre Loukachenko.

Des résultats contestés par l’opposition

Alexandre Loukachenko lors d'un meeting de soutien à sa politique (archive photo) - Sputnik France
Minsk accuse l’Occident de «secouer les armes» et de s’ingérer dans ses affaires intérieures
Selon la Commission électorale centrale du pays, Alexandre Loukachenko a totalisé 80,1% des voix contre 10,1% pour Svetlana Tikhanovskaïa, la représentante de l’opposition, cette dernière estimant que les chiffres ont été falsifiés.

Dans les premiers jours, les manifestations ont été réprimées par des gaz lacrymogènes, des canons à eau et des grenades assourdissantes. Par la suite, les forces de l'ordre ont cessé d'utiliser la force contre les rassemblements devenus plus pacifiques. Selon les données officielles, plus de 6.700 personnes ont été interpellées, tandis que plusieurs centaines ont été blessées. Trois manifestants ont trouvé la mort.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала