Les enfants semblent être plus vulnérables au Covid-19 qu’on ne le croyait

© Photo Pixabay / Semevent Un enfant malade, image d'illustration
Un enfant malade, image d'illustration  - Sputnik Afrique
Même si la maladie peut se dérouler sous sa forme légère ou être asymptomatique, certains enfants peuvent continuer à présenter à long terme des symptômes tels que la toux ou encore des problèmes de digestion.

Les enfants s’avèrent plus vulnérables face au coronavirus que les spécialistes ne le croyaient: The Wall Street Journal rapporte que chez certains jeunes patients, les conséquences négatives de l’infection persistent même après la guérison.

Même si la plupart des enfants eux ne contractent que la forme légère du Covid-19 ou même sont asymptomatiques, les mineurs peuvent afficher à long terme des symptômes comme que des maux de tête, des perturbations digestives et une toux.

En savoir plus

L’auteur de l’article paru dans le quotidien national américain écrit que, tant que le nombre de nouvelles contaminations parmi les mineurs va croissant, les médecins accordent plus d’importance aux potentiels effets de la maladie sur leur santé.

«C'est un domaine d'étude important car nous en apprenons certainement encore beaucoup sur le virus, en particulier sur son impact sur les enfants», indique Sean O'Leary, vice-président du comité sur les maladies infectieuses de l’American Academy of Pediatrics. Il souligne en outre qu’il est important de comprendre s'il y a des conséquences potentielles «à long terme».

maladie, image d'illustration - Sputnik Afrique
«C’était un véritable enfer»: déclarée positive au Covid-19 pour la 2e fois elle livre les symptômes de sa maladie
D’après cette même publication, la principale complication constatée chez les mineurs est le syndrome inflammatoire multisystémique (MIS-C), que Matthew Kelly, du Duke University Medical Center, qualifie probablement de «l'extrémité extrême» d'un spectre de syndromes inflammatoires post-infectieux que les enfants peuvent ressentir après le Covid-19.

Des découvertes antérieures

Si de nombreuses inflammations rappelant par leurs symptômes la maladie de Kawasaki avaient été constatées chez les mineurs atteints du Covid-19, il a été ensuite prouvé que, sur fond de cette maladie, ils pouvaient développer le choc cytokinique mortellement dangereux.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала