Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un ex-conseiller britannique raconte la réaction de Trump après un appel «manqué» de Poutine

© REUTERS / Carlos BarriaDonald Trump
Donald Trump - Sputnik France
S'abonner
En 2017, le Président américain a explosé de rage devant une délégation britannique à Washington lorsqu’il a appris qu’il avait «manqué» un appel téléphonique de son homologue russe, a révélé un conseiller politique présent au moment des faits.

Nick Timothy, ancien conseiller politique au 10, Downing Street, a raconté dans le podcast «What You Were Thinking» un moment marquant de sa rencontre, début 2017, avec Donald Trump à Washington. Ce dernier aurait explosé de rage devant la délégation britannique dont faisait partie Theresa May, Première ministre à l’époque.

Le Président américain se trouvait entouré de ses conseillers à la Maison-Blanche pour un déjeuner officiel. Michael Flynn, alors conseiller à la sécurité nationale, est venu lui informer qu’il venait de manquer un appel téléphonique de Vladimir Poutine. Trump lui a alors crié dessus, selon le témoin britannique.

Donald Trump et Vladimir Poutine à Helsinki - Sputnik France
Trump voudrait rencontrer Poutine avant la présidentielle de novembre pour discuter de la non-prolifération?
«Il a vraiment crié. C’était un déjeuner formel avec des majordomes et de la belle vaisselle», a détaillé M.Timothy, dont les propos ont été repris par le magazine américain Newsweek. «Il lui criait véritablement dessus depuis l’autre côté de la table».

«Si Poutine veut une conversation téléphonique avec moi, vous me le passez», a poursuivi Trump, selon les dires de l’ex-conseiller britannique, lequel a évoqué une «expérience très étrange, et pas spécialement rassurante concernant l’état d’esprit [de Trump, ndlr], ou de la stabilité du pouvoir décisionnel à la Maison-Blanche».

Licencié quelques jours plus tard

Le conseiller américain en question, M.Flynn, n’a occupé son poste que quelques jours entre fin janvier et février 2017. Il a été forcé de démissionner après avoir reconnu ses mensonges au FBI concernant sa conversation avec l’ambassadeur russe à Washington, Sergueï Kisliak, lors de l’enquête sur l’ingérence présumée de Moscou dans l’élection présidentielle de 2016.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала