Ankara accuse Athènes «de mensonges et de mauvaise foi» après son refus d’entamer des pourparlers sous l’égide de l’Otan

© Sputnik . Sergueï Gouneïev / Aller dans la banque de photosMevlut Cavusoglu
Mevlut Cavusoglu - Sputnik Afrique
Le chef de la diplomatie turque a indiqué lors d’une conférence de presse tenue ce vendredi «avoir fourni des solutions à l'Otan» pour résoudre le différend avec la Grèce en Méditerranée orientale «et éviter toute friction […] mais la Grèce a changé sa position après approbation».

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a déclaré ce vendredi 4 septembre lors d’une conférence de presse que la Grèce a changé de position après avoir accepté l'initiative de l'Otan d'entamer un dialogue inconditionnel sur les tensions en Méditerranée orientale. Il a souligné le fait que la Grèce a montré une fois de plus qu'elle n’optait pas pour le dialogue après avoir nié la médiation de l'Otan.

«Nous avons souligné à plusieurs reprises l'importance du dialogue pour résoudre les différends avec la Grèce», affirme le ministre. «Nous avons fourni des solutions à l'Otan pour résoudre le différend et éviter toute friction, mais la Grèce a changé sa position après approbation», estimant que «les pratiques d'Athènes sont le meilleur exemple de ses mensonges et de sa mauvaise foi quant à la question d'accepter d'entamer des pourparlers avec Ankara».

Enfin, Mevlut Cavusoglu a réaffirmé que «la Turquie continuera à défendre ses droits en Méditerranée orientale quel qu’en soit le prix à payer».

Athènes dément

mer Égée - Sputnik Afrique
Le ministre turc de la Défense survole la mer Égée à bord d’un F-16, quel signal veut-il envoyer? - vidéo
Jeudi 3 septembre au soir, le ministère grec des Affaires étrangères a démenti avoir accepté de tenir des pourparlers avec la Turquie dans le cadre d’une médiation de l’Otan «pour calmer les tensions en Méditerranée orientale», rapportait l’AFP.

Le ministère a affirmé que les informations faisant état que «la Grèce avait accepté de tenir de soi-disant discussions techniques sur l'apaisement des tensions dans l'est de la Méditerranée ne coïncidaient pas avec la réalité».

Auparavant, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg avait déclaré que les deux alliés «avaient convenu d'entamer des discussions techniques sous intermédiation de l’Alliance nord atlantique  pour développer des mécanismes en vue de diminuer les tensions militaires en Méditerranée orientale et éviter de probables risques d'accidents».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала