Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les hôpitaux lyonnais et marseillais forcés d’évacuer des patients vers l’Île-de-France

© AP Photo / Thibault CamusUn véhicule médicalisé
Un véhicule médicalisé  - Sputnik France
S'abonner
Le gouvernement va organiser des transferts de patients vers l’Île-de-France, depuis les hôpitaux de Lyon et Marseille, pour soulager ces derniers. Alors que le ministre de la Santé s’inquiète de l’état des services de réanimation, plusieurs opérations non-essentielles ont déjà été déprogrammées dans certains hôpitaux parisiens.

Les structures de santé d’Île-de-France se préparent à accueillir des patients atteints du Covid-19, en provenance des hôpitaux de Lyon et Marseille, rapporte le Journal du dimanche (JDD). Une mesure mise en place au vu de la surcharge de ces établissements, pour ne pas avoir à annuler certaines opérations chirurgicales.

De semblables transferts avaient déjà eu lieu au plus fort de la première vague épidémique, pour soulager notamment les hôpitaux du Grand Est. Entre la mi-mars et la fin avril, 644 transferts de patients avaient ainsi eu lieu sur le territoire français.

Les hôpitaux sous tension

Alors qu’un bilan quotidien de 14.000 nouveaux cas a été annoncé samedi 26 septembre, certains établissements de santé font face à des situations délicates, et se voient forcés de reporter des interventions.

Des écoliers français - Sputnik France
Santé Publique France évoque les plus importants clusters de Covid-19

En visite vendredi à Marseille, le ministre de la Santé a ainsi déclaré qu’il n’était plus temps «de tergiverser, sinon la réanimation sera submergée et il faudra déprogrammer des opérations».

À Paris, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a d’ores et déjà annoncé reporter plusieurs opérations non-essentielles, précisant toutefois se situer en deçà du seuil de 20% de déprogrammation. Durant les 15 prochains jours, l’enjeu principal sera de ne pas «passer à 50% d’opérations déprogrammées», explique à France Bleu François Crémieux, directeur adjoint de l’AP-HP.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала