«Nous rejetons et condamnons ce comportement condescendant»: Macron critiqué par le chef du Hezbollah

Le Hezbollah salue l’initiative de la France sur la mise en place d’un gouvernement au Liban, mais n’accepte pas l’«accusation de trahison» formulée par Emmanuel Macron, a déclaré le 29 septembre le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé ce 29 septembre soutenir l'initiative de Paris réclamant la formation d'un gouvernement au Liban dans les plus brefs délais afin de débloquer des aides internationales cruciales, réclamant toutefois une «révision» du ton et du mode opératoire.

Emmanuel Macron - Sputnik France
Macron accuse la classe politique libanaise d’avoir pris le pays en otage
«Nous saluons toujours l'initiative française [...] mais les intimidations du mois dernier ne doivent pas se poursuivre», a-t-il déclaré dans un discours télévisé.

«Nous n'acceptons pas votre accusation de trahison [...]. Nous rejetons et condamnons ce comportement condescendant», a ajouté Hassan Nasrallah deux jours après le discours du Président français qui a accusé la classe politique libanaise, y compris le Hezbollah, de «trahison collective».

Échec de l’initiative française

Le Premier ministre, Moustapha Adib, chargé par le Président libanais de former un nouveau gouvernement, a présenté sa démission le 26 septembre. Emmanuel Macron a alors exprimé sa colère envers les autorités politiques libanaises qui s’étaient engagées, lors de sa visite au Liban au mois d’août, à mettre en place un gouvernement le 15 septembre au plus tard.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала