Le rappeur Retro X accusé par une quinzaine de femmes de viols et agressions sexuelles

Dix femmes accusent le rappeur Retro X de viols et quatre autres d’agressions sexuelles. Huit d’entre elles ont accepté de témoigner contre lui, révèle une enquête du magazine StreetPress.

Le rappeur français Retro X, Bryan Masunda de son vrai nom, est accusé par une quinzaine de femmes, de viols et agressions sexuelles suite à des témoignages recueillis en marge de l’enquête de StreetPress. Parmi ces femmes, huit ont accepté de témoigner, une a porté plainte.

Rap - Sputnik Afrique
Le rappeur Moha La Squale visé par une enquête pour «agression sexuelle»
La première agression remonterait à 2014 quand une femme aurait subi un viol alors qu’elle avait 19 ans. À l’époque, Bryan Musunda n’était pas encore dans la musique. Il avait une «réputation de bagarreur à Toulouse». Elle aurait refusé ses avances et il l’aurait violée: «J’ai répété non, non, non. Ça ne l’a pas empêché», explique-t-elle. «Je me suis laissée faire. Il avait l’air content de baiser une meuf inerte.»

Peu après, l’homme serait entré par effraction chez elle et l’aurait regardée dormir «presque avec un regard amoureux».

À l’époque, elle avait peur des représailles, mais six ans après, elle porte plainte pour «viol» par peur «qu’il le fasse à d’autres».

D’autres femmes ont contacté les médias, séparément, sans se concerter. Elles ont été aidées par la journaliste Lola Levent, qui tient la plateforme D.I.V.A. et vient en aide aux victimes de violences sexistes et sexuelles dans le milieu de la musique, et le compte Instagram Music Too France, qui s’est donné pour mission de donner une voix à ces victimes et a également communiqué des récits à StreetPress.

«Il a mon adresse», «s’il sait que c’est moi, je suis morte», «il est dangereux», «c’est le diable, la personne la plus malsaine que je connaisse», racontent ces femmes.

L’affaire Moha La Squale

Après des accusations sur les réseaux sociaux d’agressions sexuelles, séquestrations et violences, le rappeur Moha La Squale s’est récemment retrouvé au centre d’une enquête.

Le parquet de Paris a ouvert le 8 septembre une enquête pour «violences», «agression sexuelle» et «séquestrations» après les plaintes de trois femmes contre le rappeur parisien Moha La Squale, a fait savoir l’AFP, citant une source proche du dossier et leur avocat.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала