Emmanuel Macron - Sputnik Afrique

«L'islam vit une crise profonde partout dans le monde», assure Macron à propos du «séparatisme islamiste»

Emmanuel Macron dévoile ce vendredi matin son plan d'action pour lutter contre les «séparatismes» lors d'un déplacement dans les Yvelines. Suivez son discours en direct sur Sputnik.

Depuis Les Mureaux, dans les Yvelines, Emmanuel Macron dévoile ce vendredi 2 octobre son projet de loi contre les «séparatismes», principalement l’islamisme radical.

Le texte doit être déposé en fin d'année sur la table du Conseil des ministres et début 2021 au Parlement. «Un des objectifs de ce texte est de lutter contre ceux qui dévoient la religion pour remettre en cause les valeurs de la République», explique l'Élysée.

Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
13:18 02.10.2020

Emmanuel Macron a accusé vendredi Jean-Luc Mélenchon de vouloir «impuissanter la République» en réaction aux propos du chef de file de LFI qui lui avait reproché de «déserter» le Conseil européen à Bruxelles pour tenir son discours, plusieurs fois reporté, sur le séparatisme islamiste.

«Je n'ai pas le sentiment d'avoir tenu un discours contre les musulmans, mais tout le contraire. Mais vous voyez que son projet politique est la caricature pour impuissanter la République», a souligné le chef de l'État, interrogé à la suite de son discours aux Mureaux (Yvelines).

«Je pense que M. Mélenchon, s'il avait à coeur à défendre l'image de la France, sa place dans le concert européen, nous l'aurions vu depuis longtemps», a-t-il ajouté, ironisant sur "l'esprit de finesse chez M. Mélenchon».

Le chef de file de la France insoumise avait tweeté dans la matinée: «Incroyable: Macron absent du sommet Europe. Trop occupé par le discours contre les musulmans. Déserteur, iI confie à Angela Merkel de représenter la France !!!»

M. Mélenchon en a remis une couche aussitôt après la réplique de M. Macron, toujours sur les réseaux sociaux: «J'espère que le président a bien dormi. Mais notre cauchemar n'est pas fini. Charger la chancelière allemande de représenter la France et appeler ça "élégance", "engagement européen"! La France est dissoute?»

13:17 02.10.2020
13:10 02.10.2020
13:08 02.10.2020
12:37 02.10.2020
12:35 02.10.2020

À partir de la rentrée 2021, l’instruction scolaire à domicile sera «strictement limitée, notamment aux impératifs de santé» et deviendra donc obligatoire au sein de l'école dès l'âge de trois ans, a annoncé le Président pendant son discours.

«C'est une nécessité. J'ai pris une décision, sans doute l'une des plus radicales depuis les lois de 1882 et celles assurant la mixité scolaire entre garçons et filles en 1969», a souligné le chef de l'État, ajoutant que «les écoles hors contrat feront l'objet d'un contrôle renforcé».

«Aujourd'hui, plus de 50.000 enfants suivent l'instruction à domicile, un chiffre qui augmente chaque année. Chaque semaine des recteurs et rectrices trouvent des cas d'enfants totalement hors système».

Le Président a évoqué des parents d'élèves qui refusent de mettre leurs enfants au cours de musique ou à la piscine, puis «la déscolarisation». «Ces enfants ne vont pas au Cned [enseignement à distance, ndlr], mais dans des structures nullement déclarées», a poursuivi M.Macron. «Des murs, presque pas de fenêtre, des femmes en niqab qui les accueillent, des prières, certains cours, voilà leur enseignement», a-t-il déploré.

11:52 02.10.2020
11:52 02.10.2020

Emmanuel Macron a affirmé vendredi que «toute association sollicitant une subvention auprès de l'État ou d'une collectivité territoriale» devrait signer un «contrat de respect des valeurs de la République» représentant une «charte de la laïcité».

Les motifs de dissolution des associations, jusque-là «très limités», seront par ailleurs «étendus» pour comprendre l'«atteinte à la dignité de la personne» ou les «pressions psychologiques ou physiques», a-t-il ajouté, jugeant «assez logique que celles et ceux qui portent ce projet de séparatisme islamiste aient investi le champ associatif» qu'ils ont identifié comme «l'espace le plus efficace pour diffuser leurs idées».

11:47 02.10.2020
11:46 02.10.2020

Emmanuel Macron a annoncé ce vendredi que l'instruction scolaire à domicile sera à partir de la rentrée 2021 «strictement limitée, notamment aux impératifs de santé» et qu'elle deviendra obligatoire au sein de l'école dès l'âge de trois ans.

«C'est une nécessité. J'ai pris une décision sans doute l'une des plus radicales depuis les lois de 1882 et celles assurant la mixité scolaire entre garçons et filles en 1969», a souligné le chef de l'État lors d'un discours sur les séparatismes aux Mureaux (Yvelines), ajoutant que «les écoles hors contrat feront l'objet d'un contrôle renforcé».

11:22 02.10.2020

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et sa ministre déléguée Marlène Schiappa présenteront le 9 décembre en Conseil des ministres un projet de loi «qui 115 ans après l'adoption définitive de la loi de 1905 visera à renforcer la laïcité, à consolider les principes républicains», annonce le Président français.

Selon Macron, la loi va étendre les motifs de dissolution des associations. Il s'agit des associations coupables d'atteinte à la dignité de la personne ou de pression psycologique ou physique.

11:14 02.10.2020

«L'islam est une religion qui vit une crise aujourd'hui partout dans le monde, nous ne le voyons pas que dans notre pays», affirme le chef de l'État. «C'est une crise profonde liée à des tensions entre des fondamentalismes, des projets religieux et politiques qui [...] conduisent à un durcissement très fort», ponctue-t-il.

11:13 02.10.2020

M.Macron s’en est pris à la «ghettoïsation» des quartiers où, faute de mixité, «nous avons construit notre propre séparatisme».

«Nous avons concentré des populations en fonction de leurs origines, nous n'avons pas suffisamment recréé de mixité, pas assez de mobilité économique et sociale» et «sur nos reculs, nos lâchetés, ils ont construit leur projet», affirme le Président.

Il a en outre souligné que le but des organisations islamistes est «le contrôle complet».

11:13 02.10.2020

«Nous devons nous attaquer au séparatisme islamiste» qui «se traduit souvent par la constitution d'une contre-société», souligne le Président, avant d’expliquer qu'«il y a dans cet islamisme radical, puisque c'est le cœur du sujet [...], une volonté revendiquée d'afficher une organisation méthodique pour contrevenir aux lois de la République et créer un ordre parallèle d'autres valeurs, développer une autre organisation de la société».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала