Les soignants de Paris pourraient être privés de leurs vacances d’automne

CC0 / rawpixel / Médecins
Médecins - Sputnik France
Alors que la France risque de passe en «alerte maximale» en cas d’aggravation de la situation épidémiologique, l’AP-HP a adressé aux chefs de service un document sur l’annulation des congés d’automne des soignants, auquel cas une compensation est prévue.

Des médecins français - Sputnik France
Des étudiants infirmiers de l'AP-HP refusent d'être «la main-d'œuvre au rabais» dans la lutte contre le Covid-19
Pour faire face à l’épidémie de Covid-19 qui prend de l’ampleur dans l’Hexagone, la direction des ressources humaines de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a envoyé le 2 octobre aux chefs de service une note interne envisageant l’annulation des congés d’automne, rapporte France Inter.

Selon le média, l’AP-HP précise qu’il s’agit d’une mesure «incitative sur la base du volontariat» destinée à lutter contre la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus.

«À partir du mois d'octobre, les contraintes de continuité de service liées au contexte épidémique sont susceptible de conduire à annuler une majorité des jours de congé initialement programmés, notamment sur la période des vacances de la Toussaint», expose la note. Le document ajoute que si la situation le permet, les jours de congés initialement planifiés pourront être pris.

Des compensations prévues

France Inter relate que les journées travaillées sur des journées planifiées en repos avant la distribution de ce document seront rémunérées en heures supplémentaires, revalorisées de 50% comme l’ensemble des heures supplémentaires effectuées depuis le 1er octobre.

De plus, la note indique que le nombre de jours pouvant être posés sur le compte épargne-temps pour l’année 2020 est doublé et leur monétisation facilitée.

France Inter ajoute que l’AP-HP pourra prendre en charge les frais des gardes d’enfants à domicile pendant les vacances scolaires à hauteur de 50 heures par enfant pour des agents ayant annulé leurs congés.

Le 2 octobre, lors de son point hebdomadaire à l'hôpital Bichat, Olivier Véran a souligné que la capitale et sa proche banlieue ont «franchi les trois seuils qui peuvent correspondre à la zone d’alerte maximale».

Par ailleurs, dans un communiqué en date du 1er octobre, un groupe d’étudiants infirmiers de l’AP-HP dénoncent leur réquisition pour renforcer le dispositif de lutte contre le Covid-19 dans le cadre de leur stage de deuxième année.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала