Paris et Berlin préparent des sanctions contre Moscou après l'affaire Navalny

CC BY-SA 3.0 / David Monniaux / Quai d'Orsay dsc06518Le siège du ministère français des Affaires étrangères, sur le Quai d'Orsay à Paris
Le siège du ministère français des Affaires étrangères, sur le Quai d'Orsay à Paris - Sputnik Afrique
La France et l'Allemagne préparent des sanctions contre la Russie dans le cadre de l'affaire sur l’hospitalisation de l'opposant russe Alexeï Navalny, ces sanctions seront présentées cette semaine, ont déclaré les ministres français et allemand des Affaires étrangères.

Des «propositions de sanctions additionnelles» contre Moscou préparées par la France et l'Allemagne en lien avec l'affaire Navalny seront transmises cette semaine aux membres de l'Union européenne, ont annoncé mercredi 7 octobre les ministres français et allemand des Affaires étrangères dans un communiqué commun.

«La France et l’Allemagne transmettront à leurs partenaires européens des propositions de sanctions additionnelles. Ces propositions viseront des personnes que nous considérons comme responsables de ce crime et de cette violation des normes internationales, en raison de leurs fonctions officielles, et une entité impliquée dans le programme Novitchok», ont indiqué Jean-Yves Le Drian et Heiko Maas.

Le 5 octobre, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a déclaré que le nouveau régime de sanctions créé dans l’Union européenne serait appliqué dans le cadre de l’affaire Alexeï Navalny.

Affaire Navalny

Hospitalisé à Omsk le 20 août après avoir fait un malaise à bord d’un avion, l’opposant et blogueur russe Alexeï Navalny a été par la suite transféré en Allemagne. Peu de temps après son admission à l’hôpital de la Charité de Berlin, le gouvernement allemand a affirmé, se référant à des médecins militaires, que M.Navalny avait été empoisonné avec une substance de type Novitchok.

Le Kremlin a pour sa part déclaré que Berlin n'avait pas informé Moscou de ses conclusions, et attend toujours de recevoir les résultats de ces analyses.

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé le 6 octobre avoir découvert dans l’organisme d'Alexeï Navalny une substance chimique qui ressemble d’après ses caractéristiques à l’agent toxique Novitchok mais qui ne fait pas partie de la liste des substances chimiques interdites.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала