Le terroriste ayant décapité un prof était né à Moscou, selon le parquet

© SputnikLa police sur les lieux de l'attaque à Conflans-Sainte-Honorine, le 16 octobre 2020
La police sur les lieux de l'attaque à Conflans-Sainte-Honorine, le 16 octobre 2020 - Sputnik France
Le terroriste qui a décapité l'enseignant Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine était né à Moscou en 2002, a annoncé ce samedi 17 octobre le procureur national antiterroriste. Selon lui, le meurtrier s'appelait Abdoulakh A.

Le meurtrier de l'enseignant Samuel Paty, Abdoullakh A., était né en 2002 dans la capitale russe, a fait savoir le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard.

D'après lui, le terroriste était un citoyen russe d'origine tchétchène et disposait du statut de réfugié en France. «Il était inconnu des services de renseignements», a-t-il encore précisé.

«Sur un plan judiciaire, il n'a jamais été condamné, tout en étant connu pour des affaires de dégradation de biens publics et de violences en réunion alors qu'il était encore mineur», a poursuivi M.Ricard.

 Rassemblement en hommage au professeur assassiné devant son collège à Conflans - Sputnik France
«Nous pensons à toi, Samuel»: action des enseignants en hommage à leur collègue assassiné devant son collège à Conflans
Il a également assuré que le message de revendication posté sur Twitter avec la photo de l'enseignant décapité avait été publié sur un compte appartenant bien à l'agresseur.

Pour sa part, l'ambassade russe à Paris a indiqué que l'intéressé avait résidé en France de manière légale au cours des 12 dernières années.

Décapité près de son collège

Samuel Paty, professeur d'histoire de 47 ans, qui avait récemment montré des caricatures de Mahomet à ses élèves dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression, a été décapité au soir du 16 octobre dans une rue proche de son collège. Son assaillant a ensuite été abattu par des policiers.

Emmanuel Macron, qui s'est rendu sur les lieux, a dénoncé un «attentat islamiste caractérisé» et appelé «la nation toute entière» à s'unir derrière les enseignants pour «les protéger et les défendre».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала