Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Enseignant décapité: LFI appelle au rassemblement mais provoque l’indignation

S'abonner
Réagissant à la décapitation choquante d’un enseignant par un terroriste, des députés de La France insoumise ont appelé au rassemblement de soutien. Or, de nombreux internautes ont tout de suite rappelé leur participation controversée à la marche contre l’islamophobie aux côtés d’organisations islamistes il y a un an.

«Il faut qu'on montre que ce genre de terreur religieuse ne gagnera pas en France», a déclaré à Franceinfo le député de La France insoumise Éric Coquerel en réagissant à l’attentat à Conflans-Sainte-Honorine contre un professeur ayant montré des caricatures de Mahomet à ses élèves.

Il a appelé, dans la foulée, «au rassemblement du peuple», qui devrait avoir lieu «très vite», pour faire «face à des gens qui veulent semer la haine, au nom du fanatisme religieux».

«La riposte du peuple en France c’est l’unité», a pour sa part insisté le leader des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon. 

​L’élu LFI Adrien Quatennens souligne pour sa part dans son message que «nous ne pourrons vaincre l’obscurantisme qu’unis». 

​La marche contre l’islamophobie pointée du doigt

Cependant, commentant ces appels des Insoumis, certains internautes ont tenu à rappeler une manifestation controversée à laquelle avait participé LFI en novembre 2019, à savoir la marche contre l’islamophobie. L’appel à la mobilisation avait notamment été lancé par le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France), très controversé pour sa proximité avec les Frères musulmans*.

«Il ne peut pas, d'un côté les soutenir, et le lendemain organiser un rassemblement pour dénoncer cette barbarie», s’est ainsi indignée un tweeteur. 

​Un autre est allé jusqu’à accuser La France insoumise d'être des «schizophrènes», en attisant la haine d'un côté et en prétendant qu’ils sont du côté des victimes, de l’autre. 

​Un autre internaute a qualifié la conduite des Insoumis d’«écœurante» et de «pitoyable». 

​Enseignant décapité

Le 16 octobre, le professeur Samuel Paty, 47 ans, a été décapité, non loin de son collège du Bois d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine pour avoir montré des caricatures de Mahomet lors de ses cours sur la laïcité et la liberté d’expression. Le terroriste, d’origine tchétchène, a été abattu par la police dans la ville voisine d'Éragny-sur-Oise.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала