Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Lâcheté»: cet ex-inspecteur général de l'Éducation nationale alertait dès 2004 contre les dérives de l’islamisme

S'abonner
Intervenant sur Europe 1 ce mardi, Jean-Pierre Obin, ancien inspecteur général de l'Éducation nationale, a dénoncé la «lâcheté» du système éducatif sur la question de l'islamisme.

Après la décapitation de Samuel Paty, professeur à Conflans, vendredi dernier, la polémique ne s’étouffe pas au sein de la société française. Jean-Pierre Obin, ancien inspecteur général de l'Éducation nationale, s’est aussi exprimé à ce sujet sur Europe 1 pour fustiger le «déni» et «l’aveuglement» d'une «partie des enseignants et des responsables» par rapport à l'islamisme.

«On a dans l'Éducation nationale, dans l’administration et jusque dans les classes, une partie des enseignants et responsables qui sont dans le déni ou la complaisance idéologique par rapport à l’islamisme», lance-t-il, interrogé sur Europe 1.

Seize ans d’aveuglement

Selon Obin, les événements auraient pu être prévenus plus tôt, en 2004 ou bien en 2015.

«Pendant si longtemps on a laissé l’islamisme pénétrer la société et l’école alors que chacun pouvait être averti de ce qu’il se passait», s’alarme l’ancien inspecteur général.

Il évoque particulièrement le rapport de 2004 sur «les signes et manifestations d'appartenance religieuse dans les établissements scolaires» rédigé par des inspecteurs généraux de l'Éducation nationale, qui n’aurait pas été pris en compte.

Les attentats de 2015 sont, d’après Jean-Pierre Obin, un autre repère. Car après ces actes terroristes, «un très grand nombre de collégiens et de lycéens avaient perturbé les minutes de silence».

«Il a fallu attendre 2015 pour se rendre compte à quel point la jeunesse, et en particulier la jeunesse scolarisée, était pénétrée par cette idéologie de l'islamisme», selon l'ancien inspecteur général.

La première responsabilité est «politique»

Obin estime que «la première des responsabilités [dans l'assassinat de Samuel Paty] est politique».

«C'est la responsabilité des ministres, des gouvernements qui savaient depuis une vingtaine d'années et ont poussé la poussière sous le tapis pour ne pas avoir à traiter cette question difficile», déclare-t-il.

D’après l'ancien inspecteur général, c’est cette «lâcheté» et cet «aveuglement» qui ont entraîné «l’imprégnation d'une partie de la jeunesse musulmane par l'idéologie islamiste».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала