Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte

© AFP 2022 MARTIN BUREAUDes écoliers français
Des écoliers français - Sputnik France
Le domicile d’une famille soupçonnée de radicalisme a été perquisitionné. La mère a menacé un enseignant d'une école élémentaire en Seine-Saint-Denis après que son fils a traité ses copains de «fils de porcs». Le grand frère a tenté de pénétrer dans l'établissement avec le même dessein.

À l'école élémentaire de Dugny (Seine-Saint-Denis), l'équipe éducative et plusieurs parents se sont plaints d'un élève de huit ans qui insultait ses camarades de «fils de porcs», relate Le Parisien.

Convoquée le 19 octobre, sa mère n'a présenté aucune excuse et même menacé l'enseignant.

«Dieu est grand, Dieu voit tout et il va s'occuper de toi», a-t-elle proféré, selon une source proche du dossier.

La même source précise que la scène s’est déroulée en présence de l'enfant qui a «donné un coup de pied à l'enseignant».

Devant la Sorbonne le jour de l'hommage national   - Sputnik France
Hommage au professeur Samuel Paty à la Sorbonne avec la participation de Macron - vidéo
L'incident a été pris très au sérieux alors que la communauté scolaire reste profondément traumatisée par la décapitation de Samuel Paty. Un signalement a été effectué auprès de la direction académique. La femme a été placée en garde à vue.

Tentative d'intrusion du grand frère

Le lendemain, le grand frère, 18 ans, a tenté d'entrer dans l'école pour demander à son tour des explications au professeur. «Il a été stoppé», complète cette source. Il a à son tour été placé en garde à vue.

«La mère de l'enfant scolarisé a été poursuivie pour des menaces, et son frère pour intrusion dans un établissement scolaire. Ils ont tous deux fait l'objet d'un rappel à la loi par le procureur», indique Le Parisien citant le parquet de Bobigny.

Perquisition infructueuse

Une perquisition a été menée au domicile des parents afin de rechercher d'éventuels signes d'extrémisme religieux suite à des soupçons de radicalisation.

Le parquet a cependant indiqué qu'«il n'y a aucun élément évoquant une radicalisation de cette famille qui n'a pas fait référence à l'islam».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала