Des scientifiques expliquent comment prédire le risque de décès dû au coronavirus

Certains dommages au cœur causés par le coronavirus pourraient avertir que le patient risque d’en mourir, indique l’article de scientifiques américains paru dans le Journal of the American College of Cardiology.

Les dommages partiels au cœur chez les malades atteints de Covid-19 peuvent augmenter le risque de décès, selon l’article d’une équipe de scientifiques du Weill Medical College publié dans le Journal of the American College of Cardiology.

Un homme portant un masque  - Sputnik France
Covid-19: des «super-contaminateurs» dans la nature? Un médecin appelle à changer la politique de test

L'étude a impliqué 510 patients contaminés par le coronavirus et à qui a été fait passer une échocardiographie transthoracique. L'âge moyen des patients était de 64 ans et les deux tiers étaient des hommes. Ainsi, chez 35 % d’entre eux, une dilatation du ventricule droit a été constatée, une augmentation du volume de la cavité sans changement de l'épaisseur de la paroi cardiaque, alors que chez 15 % des patients un dysfonctionnement du ventricule, qui se comprimait moins par rapport au rythme normal, a été diagnostiqué.

D'autres observations ont montré que les patients atteints de ces problèmes étaient morts de complications causées par l'infection par le coronavirus plus souvent que les autres, soit 1,43 fois et 2,5 fois de plus respectivement.

Une explication évoquée

Les chercheurs expliquent cela par le fait que le ventricule droit pompe le sang chargé d’oxygène dans les poumons. Les inflammations du système respiratoire affectent cette fonction de pompage cardiaque en augmentant la résistance à la circulation sanguine.

Selon les scientifiques, ces dysfonctionnements sont jusqu'ici le marqueur le plus précis d'un risque élevé de décès dû au Covid-19.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала