Deux migrants afghans interpellés à Poitiers pour apologie de la décapitation de Samuel Paty

Deux hommes d’origine afghane, soupçonnés d'apologie du terrorisme, ont été placés en garde à vue le 2 novembre à Poitiers, dans un centre d'accueil pour migrants.

Une vaste opération des forces de l'ordre a été menée le 2 novembre dans un centre d’accueil de migrants à Poitiers (Vienne) en vue d’interpeller deux hommes. Ces ressortissants afghans sont soupçonnés d'avoir fait l'apologie du terrorisme sur Internet, relate La Nouvelle République.

​Placés ensuite en garde à vue, les suspects afghans âgés de 25 à 30 ans ont fait l’objet d’une enquête il y a quelques jours pour des messages repérés sur Facebook, selon le parquet de Poitiers cité par le média.

Un important dispositif déployé

Clavier - Sputnik France
Les menaces de décapitation de ministres français se multiplient sur les réseaux sociaux
L’opération d’interpellation a engagé une quarantaine de gendarmes et d’agents de police. L’un des deux Afghans, soupçonné d'avoir diffusé les messages faisant l’apologie de la décapitation de Samuel Paty, a été arrêté sur-le-champ, l’autre un peu plus tard dans la journée.

Interrogés par les journalistes, les habitants du centre d’accueil en question ont gardé le silence, se faisant signe entre eux de se taire, relate La Nouvelle République.

Cette arrestation a eu lieu alors qu’un hommage national était rendu dans les établissements scolaires de France pour commémorer l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty, décapité par un islamiste le 16 octobre dans les Yvelines pour avoir montré à ses élèves une caricature de Mahomet dans le cadre d’un cours sur la laïcité.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала