Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des images tournées par Sputnik mentionnées lors de la discussion du projet de loi «sécurité globale»

© SputnikSituation devant le lycée Colbert à Paris, le 3 novembre 2020
Situation devant le lycée Colbert à Paris, le 3 novembre 2020 - Sputnik France
S'abonner
Le projet de loi «sécurité globale» prévoyant notamment d’interdire le tournage des forces de l’ordre en opération, des violences policières risquent de rester impunies, s’émeut Danièle Obono lors de la discussion à ce sujet, renvoyant en particulier aux images tournées la veille par Sputnik.

«Vas-y, écrase-les, tant pis»: cette phrase prononcée mardi 3 novembre par un membre des forces de l’ordre lors de l’intervention contre le blocage du lycée Colbert à Paris a été tournée par des correspondants de Sputnik présents sur les lieux. Quelques instants plus tard, du gaz lacrymogène a été répandu, notamment au visage de notre collègue Clément Lanot.

​Or, prenant la parole ce 4 novembre lors de la discussion du projet de loi «sécurité globale», la députée la France insoumise Danièle Obono a cité l’expression utilisée par l’agent. Critiquant le texte débattu à partir de ce mercredi 4 novembre, elle a pointé la nécessité de telles images pour venir en aide aux victimes de violences policières.

«Si la proposition de loi étudiée aujourd’hui était en vigueur, les auteurs de ces violences n’auraient pas pu être identifiés», estime l’élue, ajoutant qu’il en aurait été de même pour de nombreuses plaintes déposées pour des violences policières survenues lors de manifestations des Gilets jaunes, contre la reforme des retraites. Et de rappeler qu’Alexandre Benalla, cet ancien chargé de mission à l’Élysée qui a été filmé le 1er mai 2018 en train d’agresser des manifestants, n’avait été identifié que grâce à ces séquences.

En effet, l’alinéa 2 de l’article 24 du projet de loi dit: «Est puni d’un an d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police».

Blocage de lycées

Au lendemain de la rentrée scolaire, survenue dans le contexte de la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, plusieurs établissements de Paris, dont le lycée Colbert, ont été bloqués pour dénoncer ses mesures sanitaires insuffisantes.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала