Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Duel dans le Pacifique: Washington veut contenir la puissance de Pékin, qui riposte

© AFP 2021 FAZRY ISMAILXi Jinping au sommet de l'APEC en 2018
Xi Jinping au sommet de l'APEC en 2018 - Sputnik France
S'abonner
Conséquence des tensions entre Pékin et Washington, l’Océan qui sépare les deux puissances est plus que jamais stratégique. Le Pacifique, longtemps chasse gardée occidentale, subit désormais les coups de boutoir des nouvelles Routes de la Soie. Entretien avec Bastien Vandendyck, spécialiste de la géopolitique du Pacifique.

Au milieu des atermoiements de l’élection présidentielle américaine, une partie d’échecs se joue entre les États-Unis et la Chine pour l’hégémonie en Asie. La plus récente péripétie de cette nouvelle guerre froide est les manœuvres navales internationales qui ont débuté le 3 novembre. Ces exercices militaires alignent des forces de l’Inde, du Japon, des États-Unis et de l’Australie, avec Pékin en ligne de mire.

Car les Américains «ne font pas quelque chose de très différent que ce qu’ils faisaient avec l’URSS». Ainsi, les États-Unis font-ils «du containment, c’est-à-dire qu’ils entourent physiquement la Chine», explique Bastien Vandendyck, spécialiste de la géopolitique du Pacifique. Le constat est clair: «la Chine est entourée par des alliés américains».

Lignes rouges –Jean-Baptiste Mendes reçoit Bastien Vandendyck, consultant chez Vae Solis Communications, analyste en relations internationales et spécialiste de la géopolitique du Pacifique.

Dans le Pacifique, la rivalité sino-américaine se pose avec davantage d’acuité. Le cas de l’Australie, abordé longuement dans l’entretien, est emblématique de l’évolution des rapports de forces dans la région océanienne. Vieil allié américain, Canberra essuie aujourd’hui les sanctions commerciales chinoises après avoir soutenu une enquête internationale sur l’origine du coronavirus. Pariant sur l’indépendance prochaine de la Nouvelle-Calédonie, sa proximité avec la Papouasie-Nouvelle Guinée et le Vanuatu, Pékin opère ainsi une stratégie de «containment inversé». Ainsi Bastien Vandendyck prédit-il que «c’est l’Australie qui sera entourée par les Chinois.»

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала