L’Azerbaïdjan réitère ses excuses à la Russie pour l’hélicoptère abattu, Moscou demande une enquête approfondie

© Sputnik . Ilya Pitalev / Aller dans la banque de photosSur les lieux du crash de l'hélicoptère abattu
Sur les lieux du crash de l'hélicoptère abattu - Sputnik Afrique
Moscou a insisté sur la nécessité d’une enquête approfondie concernant la récente destruction par l’armée azerbaïdjanaise d’un hélicoptère militaire russe en Arménie, dans un entretien entre les chefs des diplomaties des deux pays. Bakou a réitéré ses excuses.

Le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères Ceyhun Bayramov a de nouveau présenté ses excuses pour la destruction d’un hélicoptère russe Mi-24 dans le ciel arménien, dans un entretien mardi avec son homologue russe Sergueï Lavrov, a fait savoir la porte-parole de ce dernier à la chaîne de télévision RTVI.

En réponse, Moscou a encore une fois souligné la nécessité de mener au plus vite une enquête complète sur cet incident tragique, a ajouté Maria Zakharova.

Une erreur fatale

Haut-Karabakh - Sputnik Afrique
En continu. La France et les USA n'ont pas participé à la conclusion de l’accord sur le Haut-Karabakh, dit le Kremlin
L'armée azerbaïdjanaise a abattu par erreur un hélicoptère russe en Arménie le 9 novembre. Deux membres d’équipage ont été tués et un troisième blessé. Bakou s’est tout de suite excusé auprès de la Russie, assurant que ce drame «était accidentel et n'était pas dirigé contre la Russie». Il s’est dit prêt à payer une compensation.

Selon Bakou, l'hélicoptère effectuait son vol à proximité immédiate de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, alors que les affrontements se poursuivaient dans la république autoproclamée du Haut-Karabakh. L'appareil volait dans l'obscurité, à basse altitude, en dehors de la zone de détection des systèmes de défense antiaérienne, a indiqué la Défense azerbaïdjanaise.

Le ministère russe de la Défense a précisé que le Mi-24 escortait un convoi automobile de la 102e base militaire russe de Gumri, en Arménie.

Cessation des hostilités

Le soir même, le 9 novembre, le Président azerbaïdjanais Ilham Aliev, le Premier ministre arménien Nikol Pachinian et le Président russe ont signé une déclaration sur l'arrêt complet des hostilités dans la zone de conflit du Haut-Karabakh à partir du 10 novembre 2020, à minuit, heure de Moscou (22h, heure de Paris).

Vladimir Poutine  - Sputnik Afrique
Poutine détaille les modalités de l'accord sur la fin des hostilités au Haut-Karabakh
Bakou et Erevan procéderont à un échange de prisonniers et des corps des soldats tués pendant les affrontements, selon la déclaration. En outre, des soldats de maintien de la paix russes seront déployés à la ligne de contact au Haut-Karabakh et le long du couloir de Latchin reliant la région à l'Arménie.

Les hostilités avaient repris dans cette zone contestée par Erevan et Bakou le 27 septembre et ont fait des victimes parmi les civils. Le conflit est vieux de 30 ans. Le Haut-Karabakh, une zone à majorité arménienne, avait à l’époque proclamé unilatéralement son indépendance vis-à-vis de l’Azerbaïdjan.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала