Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Sa voiture volée s'enflamme, il prend la fuite et agresse les gendarmes

© AFP 2021 THOMAS SAMSON Un gendarme
Un gendarme - Sputnik France
S'abonner
Après avoir eu un accident avec son véhicule volé devant des gendarmes, un chauffard a tenté de prendre la fuite. Les militaires sont parvenus à le rattraper mais celui-ci les a frappés et menacés, prétendant avoir le VIH et le Covid-19. Conduit à la brigade, l’individu était déjà connu de la justice pour des récidives.

La scène s’est déroulée dimanche 8 novembre vers 8h30 devant la gendarmerie de Sainte-Pazanne (Loire-Atlantique). Un véhicule a eu un accident devant un rond-point sous les yeux de gendarmes, comme le rapportent les militaires sur leur page Facebook officielle.

Le chauffard, un homme de 20 ans, a pris la fuite après son extraction du véhicule qui s’était enflammé.

Il menace du VIH et du Covid-19

L’individu a été repéré par une patrouille 20 minutes plus tard.

Il a d’abord refusé calmement de monter dans le véhicule. Puis il s’est rebellé avec violence: l’homme a frappé au visage un gendarme avant d’enchaîner sur des coups de pied et de poing sur les deux militaires.

Une fois maîtrisé, il a lancé des menaces, crachant au visage d’un des militaires. L'individu a par ailleurs affirmé qu’il était atteint du VIH ainsi que du Covid-19.

Déjà connu de la justice

L’individu a été interpellé. L’enquête de la gendarmerie a découvert que l’homme, déjà connu de la justice, venait de voler la voiture ayant brûlé dans l’accident.

Deux certificats d’incapacité temporaire de travail, de trois et cinq jours, ont été délivrés aux gendarmes blessés. Ils ont déposé plainte à l’encontre de l’individu violent, ainsi que six de leurs collègues, outragés au cours de l’interpellation.

Le mis en cause sera convoqué en décembre prochain au tribunal pour les différents faits réalisés en récidive: outrage, rébellion, violence, défaut de permis, vol de véhicule, vol et refus de se soumettre aux vérifications. «À cela s’ajoutent, l’apologie du terrorisme lors de ses menaces et le défaut de maîtrise pour l'accident», précise la gendarmerie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала