Évacuation de migrants place de la République à Paris: Darmanin saisit l'IGPN

© SputnikInstallation d’un camp de migrants sur la place de la République, 23 novembre 2020
Installation d’un camp de migrants sur la place de la République, 23 novembre 2020 - Sputnik France
Gérald Darmanin a annoncé saisir l’IGPN après l’évacuation mouvementée du campement installé place de la République par des associations d'aide aux migrants. Ces dernières voulaient alerter sur le sort réservé aux migrants après le démantèlement d’un autre camp à Saint-Denis.

Sur Twitter, Gérald Darmanin a annoncé saisir l’IGPN à propos de l’évacuation du campement illégal installé place de la République. La décision du ministre de l’Intérieur fait suite à un rapport qui lui a été remis par la préfecture de police. Les conclusions de l’IGPN devraient être connues sous 48 heures et seront rendues publiques, a précisé le ministre.

«Certaines images de la dispersion du campement illicite de migrants place de la République sont choquantes», avait déclaré M.Darmanin lundi soir.

De nombreuses vidéos et photos de cette évacuation ont été diffusées sur les réseaux sociaux, certaines des policiers frappants des manifestants ou confisquant les tentes dressées place de la République.

Mouvement de protestation

Le campement avait été installé place de la République par plusieurs associations d'aide aux migrants, pour protester contre l’évacuation d’un autre camp de migrants à Saint-Denis ce 18 novembre.

Certains associatifs dénonçaient alors une «chasse à l’homme» et critiquaient l’action des forces de l’ordre à l’égard des migrants, comme l’expliquait Philippe Caro, de l’association Solidarité migrants Wilson, à Sputnik.

«C’est l’appel à nouveau à ce que les violences policières cessent, à ce que le harcèlement cesse, parce que ce qu’on observe depuis mardi dernier c’est une chasse à l’homme dans les rues de Paris pour empêcher que les gens se posent, s’endorment», déclarait-il.

L’attitude des forces de l’ordre vis-à-vis des journalistes couvrant l’évacuation du campement de la place de la République avait également été sujette à polémiques. Le journaliste de Brut Rémy Buisine affirmait notamment avoir été «pris à la gorge» et «violemment projeté» par un policier.

Le secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) avait déjà condamné des «gestes qui n'ont pas lieu d'être dans une opération extrêmement sensible».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала