Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Construction d’un réacteur à eau lourde en Iran: Téhéran prépare son bras de fer avec l’administration Biden

© AP Photo / Mohammad BernoHassan Rohani lors de sa visite au centrale nucléaire de Bouchehr, le 13 janvier 2015
Hassan Rohani lors de sa visite au centrale nucléaire de Bouchehr, le 13 janvier 2015 - Sputnik France
S'abonner
Le Parlement iranien a mandaté l’agence atomique du pays pour construire un nouveau réacteur à eau lourde. Selon le spécialiste de l’Iran Hervé Ghannad, Téhéran développe une stratégie de pression sur l’administration Biden. L’enjeu: les négociations à venir sur la remise en place de l’accord sur le nucléaire.

«Téhéran doit revenir à un strict respect de l’accord. Si c’est pas le cas, je rejoindrai l’accord», indiquait en avril 2020 Joe Biden.

L’Iran se prépare donc à réintégrer la table des négociations avec les États-Unis. Lorsque cela arrivera, Téhéran entend disposer d’un maximum de leviers de pression.

«Avec l’arrivée de Joe Biden, Téhéran veut mettre la barre très haut pour négocier en position de force. Les Iraniens sont forts en négociations et ils mettent du poids dans la balance», analyse au micro de Sputnik Hervé Ghannad.

Donald Trump dans le Bureau ovale de la Maison banche - Sputnik France
Trump envisageait une attaque contre un site nucléaire iranien, selon le New York Times
Le Parlement iranien a ainsi adopté ce 24 novembre un projet de loi qui permettra à l’agence atomique du pays de construire un nouveau réacteur à eau lourde et d’exploiter une usine de production d’uranium métal, ont rapporté les médias d’État. L’eau lourde transforme l’uranium ordinaire en plutonium, l’une des matières facilement fissiles qui alimentent les armes nucléaires.

Une démarche «qui s’inscrit clairement dans une logique de pression vis-à-vis de l’administration Biden», estime Hervé Ghannad, professeur à la Weller International Business School.

Cette décision intervient au lendemain d’une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères de l’Allemagne, du Royaume-Uni et de la France qui se sont regroupés lundi à Berlin pour discuter de l’état de l’accord. Une réunion à la suite de laquelle le porte-parole du chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, avait déclaré à Reuters que Téhéran avait «systématiquement» violé l’accord.

Un pari risqué pour Téhéran

La commande d’un nouveau réacteur à eau lourde ne risque pas de convaincre les chancelleries occidentales du contraire.

«L’Iran prend des risques et pourrait, avec des mesures de ce type, dépasser la ligne rouge diplomatique», estime le spécialiste de l’Iran.

Téhéran joue un jeu dangereux. En commandant la construction de ce réacteur, l’Iran s’expose à un maintien de la politique de pression maximale par une administration Biden qui jugerait que Téhéran est allé trop loin dans ses provocations.

Si ce scénario n’est en rien fantaisiste, il n’est toutefois pas le plus probable, juge Hervé Ghannad:

«Il y a un côté effet d’annonce. Il faudra tout de même attendre que ce réacteur soit construit.»

D’autant que, même si le site venait à être construit, il serait difficile pour Joe Biden de ne pas au moins revenir à la table des négociations.

Heiko Maas et Jean-Yves le Drian en conférence de presse - Sputnik France
Accord sur le nucléaire iranien: «les Européens misent sur la chute de Donald Trump»
 Il avait en effet trop vivement critiqué la politique de pression maximale menée par Donald Trump durant ces quatre dernières années, et, sur le plan international, le retour dans l’accord était devenu l’une de ses priorités. Il serait politiquement compliqué pour lui d’abandonner ce projet et de pratiquer, en fin de compte, la même politique que son rival à la présidentielle.   

​De ce point de vue, la nomination au poste de conseiller à la sécurité nationale de Jake Sullivan, qui est l’un des artisans de l’accord de 2015, n’est pas anodine. Les Iraniens en sont conscients et comptent bien en profiter.  

Fenêtre d’opportunité restreinte

Après l’élection de Joe Biden, le Président iranien Hassan Rohani a d’ailleurs invité la future administration américaine à «rejoindre la voie de l’adhésion aux engagements internationaux et au respect du droit international». Il a également indiqué sa disposition à revenir «automatiquement» au respect intégral de ses engagements en matière nucléaire si le futur gouvernement de Joe Biden levait les sanctions imposées par Washington contre Téhéran depuis 2018.

​Mais la montre ne joue pas en faveur de Biden. Au printemps aura lieu l’élection présidentielle iranienne, qui verra possiblement arriver au pouvoir un candidat plus conservateur, comme ce fut le cas lors des législatives de juin 2020. La possibilité d’accéder à un accord diplomatique avec Washington serait alors très sérieusement compromise.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала