Sécurité globale: le journaliste Amar Taoualit dit avoir été blessé par une grenade de désencerclement à Paris – image

© SputnikManifestation contre la loi Sécurité Globale à Paris, 5 décembre 2020: tensions
Manifestation contre la loi Sécurité Globale à Paris, 5 décembre 2020: tensions - Sputnik Afrique
La manifestation contre la loi Sécurité globale ne s'est pas déroulée sans dommages pour le reporter indépendant Amar Taoualit qui a posté sur Twitter une image de sa jambe blessée par une «grenade de désencerclement».

Le reporter Amar Taoualit était présent à une nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale à Paris. La mobilisation a dégénéré en début de soirée et des heurts majeurs se sont produits au passage du cortège dans l'avenue Gambetta et à son arrivée place de la République.

Dans la soirée, le journaliste a posté sur son compte Twitter une image de sa jambe grièvement blessée.

​Sa publication précédente datait de cinq heures avant sa blessure et montrait un cordon de police déployé place de la République afin de retenir la foule de manifestants qui s'opposent à l'article 24 du projet de loi Sécurité globale, controversé tant par des personnalités politiques que par de simples citoyens.

Les habitants de plusieurs villes françaises ont manifesté ce samedi 5 décembre contre cet article qui devrait interdire de diffuser l’image des policiers ou gendarmes dans le but de porter atteinte à leur intégrité «physique ou psychique». Des incidents ont marqué les rassemblements à Paris, Rennes et Nantes.

Sur l'ensemble du territoire français, 52.350 personnes ont participé aux marches des libertés, dont 5.000 dans la capitale, selon les chiffres fournis par le ministère de l'Intérieur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала