La Marianne commence à «pleurer» des larmes de sang à Paris - photos

© AFP 2022 JOEL SAGETStatue symbolisant la République française ou Marianne, située à la place de la République à Paris
Statue symbolisant la République française ou Marianne, située à la place de la République à Paris - Sputnik Afrique
Peinte sur une façade parisienne, une fresque de Marianne réalisée par un artiste américain a été modifiée par des grapheurs anonymes afin de protester contre la politique actuelle, rapporte Hiya!. Des larmes de sang ont été ajoutées sur le visage du symbole de la République française, et sa devise «Liberté, égalité, fraternité» a été biffée.

Offerte par un artiste américain à la ville de Paris après les attentats du 13 novembre 2015, une fresque de Marianne a été modifiée par un groupe de graffeurs anonymes pour exprimer leur mécontentement à l’encontre des démarches entreprises par le gouvernement, indique le média Hiya!, qui se spécialise dans la culture urbaine.

Des larmes de sang ont été rajoutées au visage de la Marianne haute d’une dizaine de mètres dessinée sur la façade d’un immeuble situé dans le 13e arrondissement de Paris.

Écrite au-dessus et au-dessous de l’image, la devise de la République a été barrée à la peinture blanche. Les auteurs des faits ont également apposé le hashtag #MariannePleure sur le mur.

Le média affirme avoir reçu le cliché de cette Marianne via une messagerie cryptée. Le message a été suivi d’un manifeste intitulé «LREM-NRV» qui revendiquait cet acte.

«Ouvrez donc les yeux», «Vous êtes les maris violents des valeurs que vous prétendez défendre», «Agitez vos drones, zappez entre vos caméras, la seule chose que vous verrez, c’est nos majeurs depuis les toits de la ville», ont indiqué les grapheurs cités par le média.

Ce détournement semble venir en réaction à l’appel à la création lancé par des artistes, musiciens et grapheurs pour protester contre les violences policières, les inégalités et l’article 24 de la loi Sécurité globale. Les œuvres sont censées être diffusées avec le hashtag #mariannepleure, poursuit Hiya!.

L’acte a été déploré par le maire du 13e arrondissement de Paris, Jérôme Coumet, sur son compte Twitter. Selon lui, la fresque a été «dégradée». «Nous verrons avec Obey Giant [mouvement street-art créé par Shepard Fairey, l’auteur de la fresque, NDLR] quelle suite donner», a-t-il ajouté.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала