Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Armement: dernière ligne droite pour le Rafale en Grèce

S'abonner
Le parlement grec vient de voter le budget de la Défense pour 2021. En forte augmentation par rapport à 2020, il prévoit notamment l’achat à l’Armée et à Dassault Aviation de 18 Rafale. Une première pour cet appareil en Europe. La ministre française des Armées est attendue à Athènes pour la signature du contrat. Retour sur une commande-éclair.

Athènes a franchi une nouvelle étape vers la concrétisation de l’achat de Rafale. La presse hellénique pressentait la signature comme «imminente» au début du mois et le 15 décembre, le Parlement de l’archipel a approuvé le budget de la Défense pour 2021.

Des Rafales - Sputnik France
Vente de Rafale à la Grèce? «On passera pour les va-t’en guerre de l’Europe»
Ce dernier prévoit notamment l’achat de 18 exemplaires de l’avion de combat phare de Dassault Aviation. Le contrat devrait ainsi être approuvé «dans les jours prochains», a déclaré mardi le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis devant les députés, rappelant par ailleurs les «circonstances sans précédent» auxquelles était confronté son pays.

Car au-delà des opérations turques en Méditerranée orientale, qui ont poussé les Grecs à revoir à la hausse leurs prétentions budgétaires en matière de Défense, ce sont les conséquences de la crise du Covid-19 qu’évoquait le chef du gouvernement grec. L’économie hellénique a été particulièrement éprouvée par la seconde vague qui frappe l’Europe. Les prévisions de croissance ont été revues à la baisse et la dette du pays devrait grimper à 209% du PIB, un record, même si un tel ratio d’endettement est biaisé par l’effondrement de 38% du produit intérieur brut du pays depuis dix ans.

Malgré ce contexte, la hausse conséquente des dépenses militaires a été approuvée à une large majorité, de 189 députés sur 300. Cette rallonge pour un budget réputé «ne pas connaître la crise» en Grèce, s’inscrit dans une campagne de modernisation des forces armées du pays qui doit également permettre l’acquissions de drones, d’hélicoptères de lutte anti-sous-marine ainsi que de frégates, sans oublier la modernisation d’ici 2027 de sa flotte de F-16.

Impact sur les capacités opérationnelles de l’Armée de l’air

D’une valeur estimée par la presse grecque à 2,5 milliards d’euros, dont 100 millions d’euros pour la maintenance des Mirage 2000-5 et 400 millions d’euros d’armements (missiles Meteor, Scalp et Exocet) signés MBDA, détaille la Tribune, ces 18 appareils devraient être livrés dans le courant de l’année 2021. Pour tenir de tels délais, la France avait consenti à prélever douze appareils sur les dotations de ses propres forces aériennes. Vendus d’occasion, ceux-ci seront par la suite recommandés neufs par Ballard à Dassault Aviation, ce qui ne devrait pas être une opération blanche.

L’évolution des différentes versions du Rafale porte essentiellement sur l’avionique et l’armement. La version F3-R optimise ses capacités de «supériorité aérienne, la frappe tous temps dans la profondeur, l’appui aux troupes au sol ou encore le traitement d’objectifs d’opportunité», selon le ministère des Armées. - Sputnik France
Avions cloués au sol, navires à quai: malgré des crédits en hausse, l’armée française démunie
Au-delà de la question budgétaire, la question de l’impact opérationnel de la transaction a également été soulevée. Ces douze appareils de l’Armée de l’air que la Grèce est en passe d’acquérir devraient être remplacés en 2025. Or, seul un Rafale sur deux était opérationnel au 31 décembre 2019 dans les forces armées françaises (Armée de l’air et Marine), selon un rapport parlementaire daté d’octobre. Une indisponibilité record parmi les aéronefs de l’Armée française que le gouvernement s’évertue à corriger.

Comme le précise l’hebdomadaire économique, la prochaine étape est à présent le 17 décembre, toujours au Parlement grec, cette fois pour un vote visant à modifier les procédures d’acquisition de la Grèce dans le cadre d’un contrat d’État à État et à approuver l’opération. Simple formalité? Florence Parly serait, quant à elle, attendue la semaine prochaine à Athènes afin de signer le fameux contrat, moins de quatre mois après que cette «plausible» commande a été ébruitée.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала