Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une ex-conseillère de Trump donne des conseils à Biden pour ses futures relations avec la Russie

© REUTERS / TOM BRENNER Joe Biden
 Joe Biden  - Sputnik France
S'abonner
Après l’attitude «dédaigneuse» de Barack Obama à l’encontre de la Russie qu’il qualifiait de «puissance régionale», Joe Biden va devoir «penser différemment», estime l’ancienne conseillère de Donald Trump sur la Russie, Fiona Hill, selon le New York Times.

Dans sa politique vis-à-vis de la Russie, Joe Biden ne devra pas reproduire la méthode de Barack Obama, affirme Fiona Hill, ex-conseillère à la Maison-Blanche dont les propos ont été cités par le New York Times.

«Obama a été très dédaigneux à l’encontre des Russes, les qualifiant de puissance régionale. Ils [l’administration d’Obama, NDLR] ne voulaient pas trop penser à la Russie», a expliqué celle qui a passé plus de deux ans en tant que principale assistante au Conseil de sécurité nationale de Trump pour les affaires russes.

Et de poursuivre:

«Mais le monde a complètement changé. Biden ne peut pas faire un Obama 2.0. Ils vont devoir penser différemment.»

Poutine félicite Biden pour sa victoire

Le 14 décembre, Poutine a félicité Joe Biden pour sa victoire à la présidentielle. Dans un télégramme, il a exprimé sa certitude que les deux pays allaient avoir la possibilité de coopérer afin de favoriser la résolution de nombreux problèmes auxquels le monde fait face.

«Le chef de l’État russe a souhaité un plein succès au Président élu» et s’est dit «disposé à interagir et à entamer un dialogue» avec lui.

Victoire de Biden

La Californie, l’État le plus peuplé du pays, a officiellement apporté ses 55 voix au candidat démocrate, lui permettant de franchir le seuil des 270 grands électeurs nécessaires pour obtenir la majorité au sein du collège électoral.

Fin novembre, Donald Trump avait déclaré qu’il quitterait la Maison-Blanche si le collège électoral votait pour Joe Biden. Vue habituellement comme une simple formalité, cette procédure revêtait cette année une importance considérable dans le contexte de défiance instauré par l’offensive conduite par le Président sortant et visant à faire admettre une fraude électorale.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала