Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Biden prêt à négocier avec Maduro et à lâcher Guaido? «La stratégie de Trump a échoué»

© AP Photo / Boris VergaraVenezuela, le Président Nicolas Maduro
Venezuela, le Président Nicolas Maduro  - Sputnik France
S'abonner
La nouvelle Administration américaine serait disposée à négocier avec Nicolas Maduro. Pour le journaliste et essayiste Maurice Lemoine, ce revirement politique américain est une réponse pragmatique à l’échec de Donald Trump dans sa tentative de renverser le Président vénézuélien. Analyse.
«On change de stratégie, mais l’objectif reste le même», lance Maurice Lemoine au micro de Sputnik.

L’ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique se veut réaliste vis-à-vis du revirement annoncé de la position de l’Administration américaine à l’égard de Nicolas Maduro et du Venezuela. Selon un article de Bloomberg du 18 décembre, des conseillers de l’équipe de Joe Biden seraient prêts à négocier avec le gouvernement de Nicolas Maduro afin de mettre un terme à la grave crise politico-économique à Caracas.

Donald Trump - Sputnik France
«Changement de régime» et «sanctions»: les États-Unis réussiront-ils leur coup au Venezuela?
Le départ du Président vénézuélien ne serait plus un préalable à toute négociation. Citant des sources anonymes proches du dossier, le média américain précise en outre que Juan Guaido tenterait depuis plusieurs semaines en vain à joindre celui-ci. Si le Président autoproclamé ne semble plus en odeur de sainteté dans les chancelleries occidentales, cette ouverture ne signifie pas pour autant la fin de la politique agressive américaine, selon Maurice Lemoine, auteur d’une vingtaine d’ouvrages, portant le plus souvent sur l’Amérique latine, dont Venezuela: Chronique d’une déstabilisation (Éd. Le Temps des cerises, 2019).

L’échec des sanctions et de la stratégie Guaido

Dès le 7 novembre, Nicolas Maduro félicitait chaleureusement le Président-élu, déclarant être «prêt au dialogue et à la bonne entente avec le peuple et le gouvernement des États-Unis». Un appel au dialogue réitéré le 8 décembre, dans lequel il affirmait que «la politique de Donald Trump sur le Venezuela avait échoué lamentablement.» Aurait-il été entendu par le nouveau Président américain? Si ce dernier avait dénoncé en octobre le «régime oppresseur» de Nicolas Maduro, qu’il a qualifié de «brute», Joe Biden semble toutefois avoir pris acte de la déconfiture de la politique américaine menée par les faucons ces quatre dernières années au Venezuela.

«La stratégie de Trump a échoué. Ça ne veut pas dire pour autant que les Démocrates souhaitent que Maduro –ou le chavisme au sens plus large– reste au pouvoir», considère Maurice Lemoine.

Ce revirement diplomatique s’avère plausible, dans la mesure où Joe Biden tentera de se démarquer de son prédécesseur. Nicolas Maduro étant toujours solidement au pouvoir, il est évident pour le journaliste que «la politique des sanctions extrêmement brutale a échoué.» Ceci vaut également pour le cas de Juan Guaido, ancien président de l’Assemblée nationale. S’instituant Président de la République par intérim en janvier 2019, l’opposant a immédiatement été soutenu par Washington et cinquante autres États occidentaux, dont la France.

«Guaido, c’est fini»

Alors que le gouvernement vénézuélien remportait les élections législatives le 6 décembre, Juan Guaido s’est peu à peu coupé en 2019 de la population, légitimant même l’amplification des sanctions contre son pays. Signe qui ne trompe pas: le Venezuela déplore le départ de cinq millions de réfugiés:

«Depuis quelques mois, tout le monde le sait désormais, y compris Trump, que la stratégie Guaido a échoué. La stratégie de Guaido consistait essentiellement à ce qu’une partie de l’armée vénézuélienne, des officiers supérieurs de la chaîne de commandement lâchent Maduro, se retourne contre lui et renverse Maduro. Ça a échoué.»

Nicolas Maduro - Sputnik France
Elections au Venezuela: «Finalement la clé de tout cela se trouve aux Etats-Unis»
Qualifiant la stratégie de Guaido de «politique aventureuse», Maurice Lemoine rappelle qu’elle s’est ainsi soldée par une «tentative de coup d’État» et «de pénétration de groupes mercenaires». Le livre, La pièce où ça s’est passé (Éd. Talents, 2020), de John Bolton, ancien conseiller de Donald à la sécurité nationale, confirmait cet échec. Le locataire du Bureau ovale qualifiait en effet Guaido de «faible» et même de «gamin» confronté à un Nicolas Maduro «très intelligent» et «fort». Le sort de cet opposant semble donc réglé: «Guaido, c’est fini», résume Lemoine. Seule reste la difficulté, pour les États-Unis et pour l’UE, de le «lâcher d’une manière pas trop brutale, ni trop humiliante.»

«Il n’y a aucune sympathie de la part de Biden à l’égard de Maduro»

«C’est une politique plus soft, moins brutale, moins aventureuse» que propose Joe Biden, estime ainsi le spécialiste, qui relativise toutefois la portée de ce revirement politique. «Il n’y a aucune sympathie de la part de Biden à l’égard de Maduro et du Venezuela», précise-t-il ainsi. L’article de Bloomberg évoque l’offre de Washington d’alléger les sanctions en accord avec ses alliés, en échange de la mise en place d’«élections libres et équitables». Un scénario qui a peu de chances d’aboutir, selon le spécialiste de l’Amérique latine:

«Cela reste au stade des suppositions. Mais si Joe Biden fait une proposition aux Vénézuéliens en leur disant “si Maduro démissionne ou si Maduro organise une élection présidentielle à nos conditions, nous suspendons les sanctions”, alors c’est une forme de chantage. Si ça se présente sous cette forme-là, il est évident que ce sera rejeté par le gouvernement vénézuélien.»
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала