Des voleurs de voitures trahis par des radars routiers dans le Val-d’Oise

© AFP 2022 DOMINIQUE FAGETUn radar routier
Un radar routier - Sputnik France
La police a interpellé un groupe d’individus ayant commis au moins une dizaine de vols de véhicules en Île-de-France depuis le début de l’année. Ce sont des radars routiers qui ont permis d’établir que les mis en cause avaient toujours emprunté la même route en direction d’un port allemand.

Une bande de voleurs de voitures réunissant cinq individus, âgés de 19 à 40 ans, ont été interpellés le 14 décembre dans plusieurs communes du Val-d’Oise et dans des départements limitrophes, rapporte Actu17.

Leur interpellation a été rendue possible grâce à des radars routiers ayant permis aux enquêteurs de la sûreté départementale (SD) du Val-d’Oise d’établir un lien entre au moins une dizaine de vols de véhicules commis en Île-de-France depuis le début de l’année.

«Au lieu de se montrer discrets, ces automobilistes se sont fait flasher au volant de ces voitures volées. Sans cela, le lien n’aurait pas été forcément fait, en tout cas pas aussi vite, entre tous ces vols», explique à Actu17 une source proche de l’enquête.

Toujours la même route

Ainsi, les policiers ont découvert que les malfaiteurs avaient toujours emprunté la même route, la N2 à hauteur de Soissons (Aisne), après les vols de véhicules pour les conduire au port de Hambourg en Allemagne et les envoyer ensuite en Libye.

Les enquêteurs ont saisi quatre voitures dans le port, un cinquième en cours d’acheminement et fait placer sous scellés un sixième déjà arrivé à destination.

Des objets saisis

Au domicile des mis en cause, les policiers ont retrouvé notamment des clefs de voitures ainsi qu’un appareil d’encodage, leur permettant de programmer leurs outils pour démarrer un véhicule, indique Actu17.

Les interpellés ont été placés en garde à vue lors de laquelle l’un d’entre eux aurait reconnu les faits, en expliquant le rôle de chaque voleur dans ce gang. Trois des mis en cause ont été placés en détention provisoire et deux autres remis en liberté, sous contrôle judiciaire. Le tribunal judiciaire de Pontoise les jugera le 21 janvier.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала