Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Il «paraît peu probable» que les restaurants rouvrent le 20 janvier, indique le ministre Alain Griset

© Sputnik . Dominique Butin / Aller dans la banque de photosUn restaurant fermé à Paris lors de la crise sanitaire du Covid-19 (archive photo)
Un restaurant fermé à Paris lors de la crise sanitaire du Covid-19 (archive photo) - Sputnik France
S'abonner
Le ministre délégué aux petites et moyennes entreprises Alain Griset a fait savoir sur Europe 1 qu’il lui «paraît peu probable» que les restaurants puissent rouvrir le 20 janvier. Selon lui, les nouveaux cas quotidiens de Covid-19 sont actuellement trop importants et le seront toujours à cette date.

Emmanuel Macron l’avait évoqué lors de son allocution télévisée du 24 novembre: «les restaurants pourront rouvrir le 20 janvier en France, à condition que la situation sanitaire le permette». Il avait alors fixé la limite des contaminations à 5.000 par jour. Invité dimanche 3 janvier sur Europe 1, le ministre chargé des petites et moyennes entreprises Alain Griset s’est montré pessimiste quant à cet objectif.

«Au regard des éléments chiffrés que nous avons aujourd'hui, nous sommes loin des chiffres que nous avions prévus», a-t-il indiqué. En effet, la France a enregistré plus de 12.000 nouveaux cas en 24 heures dimanche, tandis que le nombre d’hospitalisations augmente lui aussi, 322 de plus que la veille.

Restaurant fermé, image d'illustration - Sputnik France
Le chef étoilé Philippe Etchebest donne ses pronostics pessimistes sur la réouverture des restaurants

Des chiffres qui ne prennent pas encore en compte les effets des fêtes de fin d’année, précise le ministre. «C'est ensuite, au regard de ces éléments, vers le 10 janvier, qu'on pourra prendre une décision définitive», ajoute-t-il avant de conclure: «aujourd'hui, au regard du nombre de cas, il paraît peu probable qu'on puisse ouvrir le 20 janvier».

Vers une faillite massive dans le secteur?

Souvent désignés comme les lieux les plus contaminateurs, comme l’indiquait par exemple une étude de l’Institut Pasteur de mi-décembre, les bars et les restaurants sont de plus en plus menacés par les faillites, avec des charges et des frais qui continuent de s’accumuler alors que leurs salles sont vides.

D’après Jean Terlon, vice-président de l’Union des métiers des industries de l’hôtellerie (UMIH), le secteur pourrait faire face à une faillite massive de «20 à 30% des établissements» dans les prochains mois. Seule solution selon lui, de vraies indemnités de l’État. «Vous nous fermez et vous nous interdisez de travailler? Il faut payer!», a-t-il résumé.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала