Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Pris en photo lors de l’assaut du Capitole, il est licencié le lendemain

© REUTERS / MIKE THEILERDes manifestants soutenant le Président sortant Donald Trump ont fait irruption dans le Capitole, le 6 janvier 2021
Des manifestants soutenant le Président sortant Donald Trump ont fait irruption dans le Capitole, le 6 janvier 2021 - Sputnik France
S'abonner
Un homme qui a été photographié avec son badge d'entreprise autour du cou pendant l'invasion du Capitole à Washington, le 6 janvier par des militants pro-Trump, a été licencié par son entreprise dès le lendemain.

Il a été limogé après avoir été pris en photo à l'intérieur de l'enceinte du Congrès. Il portait un drapeau américain à la main et une casquette rouge avec l’inscription «Trump - make America great again» sur la tête.

Il se trouvait non loin de Q Shaman, alias Jake Angeli, qui a pénétré, en compagnie de plusieurs milliers de militants pro-Trump, dans l'hémicycle du Capitole, mais qui a attiré tous les regards à cause de son accoutrement: torse nu et affublé d'un couvre-chef en fourrure orné de deux cornes.

Trahi par son badge

Cet employé de Navistar Direct Marketing a été licencié «après examen des preuves photographiques», a indiqué l’entreprise.

«Bien que nous soutenions le droit de tous les employés à un exercice pacifique et légal de la liberté d'expression, tout employé qui manifeste un comportement mettant en danger la santé et la sécurité d'autrui n'aura plus d’opportunité d'emploi chez Navistar Direct Marketing», a-t-elle noté.

Appel à témoin

Le FBI a lancé dès le 7 janvier un appel à témoin pour identifier les partisans de Donald Trump qui ont fait irruption la veille au soir au Capitole. Il a diffusé sur les réseaux sociaux une série de clichés montrant des manifestants pro-Trump.

Ces personnes sont activement recherchées alors que 90 interpellations ont déjà eu lieu. Plusieurs ont pu être identifiées. Elles pourront être poursuivies en justice et risquent jusqu'à 10 ans de prison, précise BFM TV.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала