Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le dernier dirigeant de l’URSS déplore que la confiance entre les grandes puissances mondiales soit brisée

© Sputnik . Evgueni Odinokov / Aller dans la banque de photosL'ancien Président de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev
L'ancien Président de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev - Sputnik France
S'abonner
Mikhaïl Gorbatchev, dernier dirigeant soviétique, déplore que la confiance entre les grandes puissances soit brisée et que beaucoup de choses doivent être relancées. Il évoque entre autres les perspectives de relations internationales avec l’arrivée au pouvoir de Joe Biden et la nécessité de réformes de l’Onu.

Au terme d’une année 2020 marquée par la pandémie de Covid-19, l’ancien dirigeant de l’Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev, qui fêtera ses 90 ans cette année, rappelle la nécessité de rétablir le dialogue entre les grandes puissances, déplorant que la confiance entre elles soit «brisée».

Selon lui, les termes de confrontation Est-Ouest, de guerre froide et de course aux armements sont à nouveau d’actualité. «Beaucoup de choses devront repartir de zéro. Je pense que la Russie est favorable au dialogue. Et je sais que beaucoup en Occident pensent également que l’état actuel des choses ne peut être prolongé plusieurs années, voire plus», a-t-il déclaré.

Mikhaïl Gorbatchev (photo d'archives) - Sputnik France
«Il y avait des raisons à cela»: Gorbatchev estime que la voie vers la réunification de l'Allemagne était difficile

«Il faudra une volonté politique pour reprendre une interaction normale, mais il n’y a pas d’autre moyen que le dialogue», poursuit-il. À ce propos, il voit l’arrivée de Joe Biden comme une occasion pour Moscou de reprendre les discussions avec Washington sur le désarmement. Un processus que Gorbatchev avait lui-même engagé avec Reagan au Sommet de Genève en 1985.

«Nous devons négocier de nouvelles réductions. Les doctrines militaires doivent être discutées et ajustées. Et nous devrions nous orienter vers une non-utilisation en premier des armes nucléaires, et non vers un abaissement du seuil, comme c’est le cas actuellement», estime l’ancien dirigeant soviétique.

Il plaide également pour davantage d’implication des autres puissances nucléaires dans ces négociations.

Adaptation de l’Onu

Évoquant le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale célébré l’année dernière, M. Gorbatchev qualifie les Nations unies de «principale création issue de la victoire sur le fascisme», mais appelle à «protéger et à développer l’Organisation, tout en la réformant et en l’adaptant aux changements dans le monde».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала