Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Affaire Duhamel: informé via des rumeurs il y a deux ans, le directeur de Sciences Po refuse de démissionner - vidéo

© AFP 2021 Guillaume SouvantSciences Po
Sciences Po - Sputnik France
S'abonner
Mis au courant il y a deux ans sur des soupçons de faits de pédophilie incestueuse d’Olivier Duhamel, le directeur de Sciences Po Frédéric Mion ne compte pas quitter ses fonctions. Dans un entretien accordé à Sciences Po TV, il explique pourquoi, malgré les nombreux appels à la démission, il n’en fera rien.

«La question aujourd’hui n’est pas celle de la démission», affirme le directeur de Sciences Po Frédéric Mion dans un entretien diffusé lundi 11 janvier sur Sciences Po TV. Il se trouve sous le feu des critiques pour son silence depuis les révélations dans Le Monde et L’Obs de passages du livre de Camille Kouchner «La Familia Grande» concernant l’agression sexuelle d’Olivier Duhamel, son beau-père, sur le frère jumeau de cette dernière, alors âgé de 14 ans.

«Démissionner signifierait qu’à titre personnel, j’admets être d’une quelconque manière complice des agissements terribles que nous connaissons désormais», explique le directeur à Sciences Po TV. «Et qu’à titre institutionnel, d’une certaine façon, Sciences Po aurait part à la responsabilité de ces actes, et ça c’est je crois que c’est absolument impossible».

En 2019 selon lui, début 2018 selon Le Monde, l’ancienne ministre de la Culture et enseignante à Sciences Po Aurélie Filippetti lui avait fait part de ces rumeurs d’incestes d’Olivier Duhamel, lequel était alors président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), laquelle chapeaute l’Institut d’études politiques.

Il mène sa propre enquête

Après avoir pris connaissance de cette rumeur, il certifie avoir pris contact avec l’avocat de la famille Duhamel. Ce dernier a confirmé qu’une rumeur circulait mais qu’elle était «sans fondement». Le directeur a également tenu à s’informer de tout comportement suspect que M.Duhamel avait pu avoir avec une quelconque personne liée à Sciences Po.

Olivier Duhamel - Sputnik France
Pédocriminalité: l’affaire Duhamel sonne-t-elle la fin de l’omerta?

«Nous n’avons trouvé aucune trace de signalement de tels agissements», assure-t-il. «J’ai considéré en bonne foi que j’étais en présence d’une rumeur qui n’avait aucun fondement et que l’affaire était close», conclut-il.

Après la parution du livre de Camille Kouchner et les publications de certains extraits dans la presse, Olivier Duhamel a démissionné de son poste au sein de la FNSP. Il n’apparaîtra plus sur la chaîne LCI ni dans son émission Mediapolis sur Europe 1. Le 5 janvier, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour «viols et agressions sexuelles» à son encontre.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала