Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L’armée française commande 300 microdrones de reconnaissance et de renseignement

S'abonner
La Direction générale de l’armement (DGA) a passé commande de 300 microdrones de reconnaissance et de renseignement auprès du groupe français Parrot, indique un communiqué du ministère des Armées. De plus, un contrat prévoit la livraison d’autres drones et équipements pour une durée de cinq ans.

Le groupe français Parrot a remporté l’appel d’offres de la DGA pour fournir des microdrones aux trois armées françaises (terre, marine, air). Le ministère des Armées a annoncé lundi 11 janvier dans un communiqué qu’une commande de 150 systèmes ANAFI USA, soit 300 drones, avait déjà été passée.

Ces quadricoptères légers serviront dans des missions d’observation ou de reconnaissance. 60% d’entre eux iront à l’Armée de terre, 28% à la Marine et les 12% restants à l’armée de l’Air et de l’Espace. Ils seront livrés à partir du mois de juin.

Drapeau iranien, Téhéran - Sputnik France
L'Iran va mener des exercices majeurs avec des centaines de drones

L’entreprise française a également signé un contrat-cadre de cinq ans pour couvrir les besoins des armées en livraison de systèmes de drones et autres équipements, en formation de pilotes et en développement d’adaptations selon les besoins.

Cybersécurité

Développé en France et fabriqué aux États-Unis, garanti sans composants essentiels chinois, le modèle ANAFI a été conçu au départ pour l’armée américaine, mais s’adresse aujourd’hui également à d’autres forces de défense voire à des entreprises pour des besoins de surveillance et de sécurité.

«Sécurisation de la liaison, sécurisation des données, sécurisation de firmware [programme informatique intégré dans le drone, NDLR], il répond aux normes cyber les plus exigeantes», assure le fabricant.

En difficulté sur le marché du drone de loisir, Parrot pourrait rebondir grâce à des contrats dans le domaine de la cybersécurité, bien que «les marchés publics ne représentent pas l’axe principal» de son développement, indique dans Le Monde Henri Seydoux, président et fondateur du groupe.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала