Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Avec une vidéo choc, un commerçant savoyard alerte sur la mort des commerces de montagne

© Photo Pixabay/12019Une station de ski (image d'illustration)
Une station de ski (image d'illustration) - Sputnik France
S'abonner
Le gérant d’un magasin de sport dans les Alpes françaises a partagé une vidéo métaphorique pour faire réagir à la situation des commerçants de montagne suite à l’épidémie de Covid-19. La mise en scène le présente comme victime d’une avalanche.

À Tignes, une station de ski dans les Alpes françaises, le gérant d’un magasin de sport a recouru à une métaphore pour dénoncer les retombées de la crise sanitaire pour son commerce. Le 11 janvier, il a partagé une vidéo montrant un homme en train de sonder la neige avec du matériel de détection des victimes d’avalanche, puis de déneiger une personne avec une pelle.

Les Alpes - Sputnik France
Des habitants de Haute-Savoie menacent de déplacer la frontière en signe de protestation
Dans ses mains, la «victime», incarnée par le commerçant, tient une pancarte sur laquelle est écrit «Magasins de sport, loueurs de skis», avec à côté le dessin d’une croix. Puis d’autres panneaux apparaissent: «Restaurants, bars, boîtes de nuit», «Professions libérales», «Commerces alimentaires».

L’auteur dresse ainsi un parallèle entre les victimes d’avalanche et les commerces ayant pâti de la fermeture des remontées mécaniques.

Le drame de la montagne

Puis l’homme apparaît face caméra et raconte: «Je monte la montagne encore et encore. Je le fais pour deux raisons: la première raison c’est parce que j’ai plus rien à foutre. Et la deuxième raison, c’est que ça m’aide à dormir la nuit».

Épuisé, il décrit le drame des commerçants de montagne et des professionnels du tourisme hivernal et demande de l’aide. «On est en train de mourir. Je ne fais pas partie de ces héritiers de l’or blanc. […] J’ai acheté mon magasin, j’ai des emprunts, j’ai un propriétaire qui me demande de payer son loyer tous les mois, j’ai des cautions personnelles. Donc en plus de potentiellement perdre mon commerce et donc ma source de revenus, on pourrait venir me chercher ce que j’ai passé des années à mettre de côté pour ma famille.»

«Il y a le “quoiqu’il en coûte” annoncé par Emmanuel Macron tout en haut de sa montagne et la réalité en bas: le tribunal de commerce», ajoute-t-il. «Je compte sur vous. La montagne compte sur vous», conclut-il.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала