Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Mélenchon appelle la France à accueillir Julian Assange

© AFP 2021 William WestPortrait de Julian Assange
Portrait de Julian Assange - Sputnik France
S'abonner
Dans ses vœux à la presse, Jean-Luc Mélenchon a invité la France à accueillir Julian Assange, en lui offrant l’asile territorial. Le député estime que l’État a une «dette» vis-à-vis du fondateur de WikiLeaks.

Jean-Luc Mélenchon a présenté ses vœux à la presse, encadré du portrait de Julian Assange et de celui de la blogueuse saoudienne Loujain al-Hathloul, dont il a demandé la libération.

Le parlementaire a notamment plaidé pour que la France accueille le fondateur de WikiLeaks, «injustement et frauduleusement persécuté», aujourd’hui incarcéré à Londres. Il a précisé les modalités de cet accueil, estimant que la France pouvait offrir l’«asile territorial» au détenu, à défaut d’un «asile politique» qui pourrait froisser les autorités britanniques et américaines.

«Si le mot "asile politique" peut paraître trop fort par rapport à la justice britannique ou américaine, qui sont des puissances ayant des relations amicales avec la France, remettons sur la table le cadre de l’asile territorial qui a permis, dans un autre contexte, à la France d’accueillir de nombreux journalistes», a précisé le député, en référence aux exilés accueillis à ce titre lors de la guerre civile algérienne.

Dette de la France

Jean-Luc Mélenchon a en outre rappelé que Julian Assange cultivait de nombreux liens avec la France, et que celle-ci avait une «dette à son égard», après certaines révélations de WikiLeaks.

«Julian Assange est l’homme qui a permis à la France de savoir que les États-Unis espionnait les Présidents de la République française, ainsi que d’autres chefs de gouvernement. Nous sommes dans une situation de dette à son égard», a ainsi rappelé le député des Bouches-du-Rhône devant la presse.

En juillet 2015, le détenu avait d’ailleurs écrit à François Hollande, alors Président, pour lui demander lui-même asile. L’Élysée avait refusé.

Pas d’extradition

Le 4 janvier, la justice britannique avait refusé d’extrader Julian Assange vers les États-Unis, où il risque une peine de 175 ans de prison. Une décision «pas si courageuse qu’il n’y paraît», selon Jean-Luc Mélenchon, les juges ayant surtout estimé que les procédures américaines n’étaient pas assez sûres pour empêcher le détenu de se suicider.

La justice américaine a formulé 18 chefs d’accusation à l’encontre du fondateur de WikiLeaks, dont celui d’espionnage. Après avoir passé sept ans entre les murs de l’ambassade d’Équateur, Julian Assange avait finalement été arrêté le 11 avril 2019. Il est actuellement incarcéré à la prison de haute sécurité de Belmarsh.

Dans ses vœux à la presse, Jean-Luc Mélenchon a également défendu la cause de Loujain al-Hathloul, militante saoudienne du droit des femmes, emprisonnée depuis mai 2018.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала