Placé sur liste noire par les États-Unis, le chinois Xiaomi répond

Placé par l’administration de Donald Trump sur la liste noire des entreprises suspectées de collaborer avec l’armée chinoise, le géant chinois Xiaomi a nié tout lien en déclarant dans un communiqué que sa production était «à usage civil et commercial».

Au lendemain de son intégration à la liste noire américaine des entreprises ayant des liens supposés avec les forces armées chinoises, Xiaomi, l'un des plus grands fabricants de smartphones au monde, a répondu officiellement par communiqué, niant en bloc.

«La société répète que ses produits et services sont à usage civil et commercial. Elle confirme qu'elle n'est pas détenue, contrôlée ni affiliée à l’armée chinoise et qu'elle n'a aucun lien avec la société militaire chinoise définie par la NDAA [loi d'autorisation de la défense nationale, ndlr]. La société prendra les mesures appropriées pour protéger ses intérêts et ceux de ses actionnaires», indique le communiqué repris par Android Authority.

L'administration Trump a ajouté Xiaomi sur la liste noire de sociétés en raison de liens présumés avec l’armée chinoise.

L’entreprise plonge en bourse

Le cours des actions de Xiaomi s'est effondré de plus de 10% le 14 janvier après la nouvelle.

Il s’agit du deuxième plus grand fabricant de smartphones en Chine et du troisième au monde. Son inscription sur la liste noire signifie que les investisseurs américains ne pourront plus acheter de titres Xiaomi et devront se défaire de ceux qu’ils possèdent déjà.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала