Une société suisse aurait refusé d'assurer le Nord Stream 2 par crainte des sanctions US

© Sputnik . Ilya Pitalev / Aller dans la banque de photosNord Stream 2
Nord Stream 2 - Sputnik Afrique
Toujours dérangé par le projet Nord Stream 2, Washington aurait l’intention de décréter de nouvelles sanctions contre certaines entreprises engagées dans les travaux de construction, notamment une société d’assurance suisse.

Susceptible de devenir la cible d'une nouvelle série de sanctions américaines visant les entreprises qui fournissent des services d’assurance et de certification technique au Nord Stream 2, la société suisse Zurich Insurance Group a décidé de ne pas assurer ce projet, écrit Bloomberg, se référant à des sources ayant requis l’anonymat.

L’entreprise a refusé de commenter la situation, tout comme les relations avec des clients concrets afin de protéger la confidentialité des informations, ajoute l’agence de presse.

Les travaux de construction du gazoduc Nord Stream 2 en mer Baltique - Sputnik Afrique
Un navire russe de pose de conduites met le cap sur les eaux danoises où sera achevé le Nord Stream 2
La société norvégienne DNV GL a d’ores et déjà déclaré qu'elle cesserait toute activité de contrôle du gazoduc et ne serait pas en mesure de le certifier. Le risque de sanctions a également contraint le cabinet de conseil danois Ramboll à refuser de participer à la dernière étape de pose des tuyaux.

Sanctions américaines

Les États-Unis, qui cherchent par tous les moyens à vendre leur propre gaz naturel liquéfié à l’Union européenne, s'opposent farouchement à la construction du gazoduc russe. Washington a décrété des sanctions contre le chantier dès décembre 2019 et les travaux de construction ont dû être suspendus.

Le Sénat américain a voté le 1er janvier le budget de la Défense pour 2021, contournant le veto de Donald Trump. Le document prévoit notamment une extension des sanctions contre Nord Stream 2 qui concerneront les organisations fournissant des services de test et de certification.

Le projet prévoit la construction de deux conduites longues de 1.230 kilomètres pour relier la côte russe à l’Allemagne en passant par le fond de la mer Baltique. Le gazoduc aura une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала