Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les conditions de conservation du vaccin de Pfizer poussent ce pays d’Asie à renoncer à l’utiliser

S'abonner
Les autorités kirghizes n’utiliseront pas le vaccin de Pfizer-BioNTech contre le Covid-19 puisqu’elles peinent à respecter ses conditions de conservation. Le Kirghizstan a déjà envoyé une demande d’un demi-million de doses du vaccin russe Spoutnik V.

Le vaccin de Pfizer-BioNTech Comirnaty contre le Covid-19 ne sera pas utilisé au Kirghizstan qui, en raison de difficultés financières, ne possède pas assez de réfrigérateurs capables d’assurer sa température de conservation de -70°C, a déclaré ce mardi 19 janvier Alymkadyr Beyshenaliev, ministre kirghiz de la Santé lors d’une intervention sur la radio publique Birinchi.

Selon le ministre, l’alliance globale pour les vaccins, COVAX, qui fournit gratuitement des vaccins aux pays qui n’ont pas assez de fonds pour en acheter, a proposé de livrer 1,2 million de doses du vaccin américano-allemand à Bichkek.

«Des huit vaccins dont dispose COVAX, nous nous sommes vus proposer le vaccin de Pfizer. Mais nous discuterons avec l’alliance sur la possibilité de nous envoyer une autre préparation. Le vaccin de Pfizer est bon, mais nous avons besoin de réfrigérateurs permettant de le conserver à -70°C pour transporter ce vaccin au Kirghizstan et le faire parvenir à la population. Nous n’en avons pas. Nous avons contacté le ministère des Finances, mais il n’a pas de fonds. Il faut deux millions de dollars pour fournir les réfrigérateurs au moins dans les grandes villes et les centres régionaux», a expliqué le ministre.

Le Kirghizstan a commandé 500.000 doses de Spoutnik V

Il a déploré que la liste de l’alliance COVAX ne contienne aucun des trois vaccins conçus en Russie, alors que Bichkek aimerait bien en recevoir.

«Nous avons envoyé une lettre au Président russe Vladimir Poutine, demandant 500.000 doses du vaccin [Spoutnik V, NDLR] au nom des autorités kirghizes. Le ministre russe de la Santé, Mikhaïl Mourachko, a accepté notre demande. La question sera réglée dans un avenir très proche. Les composantes du vaccin russe doivent être conservées à la température de -2°C à -18°C. Nous avons des réfrigérateurs appropriés, il faut juste acheter des appareils supplémentaires», a noté le ministre.

Le 12 janvier, le ministère kirghiz de la Santé a annoncé que le pays avait reçu le 11 janvier des documents sur le vaccin de Pfizer, mais pas le vaccin lui-même.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала