Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des policiers se font attaquer par une cinquantaine d’individus à Albi, trois sont légèrement brûlés - vidéo

S'abonner
Les forces de l’ordre ont été visées par des tirs de mortiers d’artifice à Albi après qu’une patrouille a été attaquée par une cinquantaine d’individus, relate La Dépêche du midi. Alliance réclame «le contrôle urgent des ventes de ces dangereuses armes par destination».

Un vaste dispositif policier a dû être déployé dans le quartier Cantepau à Albi (Tarn), dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 janvier, rapporte La Dépêche du midi. Les incidents ont débuté après un refus d’obtempérer d’automobilistes contrôlés par la police. Ces derniers ont ensuite abandonné leur véhicule, qui s’avérait volé, et la patrouille a rapidement fait face à une cinquantaine d’individus.

Le syndicat policier Option Nuit a partagé des images des tirs de mortiers. La Police nationale a été appelée en renfort pour ramener l’ordre dans le quartier. Les tirs ont été entendus entre 22 heures et minuit. D’après le journal, trois agents ont été légèrement brûlés au cours de l’intervention, mais leur état n’a pas nécessité d’hospitalisation.

La trentaine de policiers mobilisés a quitté les lieux vers 2h30 du matin. Il s’agissait de la deuxième série de tirs de mortiers en quelques jours dans ce quartier, tandis que d’autres ont été rapportés à Castres plus tôt dans la semaine.

Plus de contrôle

Le syndicat Alliance Police a réagi à l’affaire sur Facebook, réclamant «la plus grande fermeté judiciaire», apportant son soutien aux policiers et «plus particulièrement aux nuiteux victimes dans la soirée de tirs de mortiers sur Cantepau». Son secrétaire départemental, Patrick Batigne, cité par le média, réclame «le contrôle urgent des ventes de ces dangereuses armes par destination».

Il dénonce également «ce sentiment d’impunité qui anime ces voyous, induit par une réponse pénale trop laxiste qui ne les dissuade pas de commettre des violences sur les forces de sécurité».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала