Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L’OMS détaille en quoi la souche britannique du Covid-19 pourrait provoquer une mortalité accrue

© REUTERS / Hannah McKay/File PhotoUne station de métro à Londres lors de la pandémie
Une station de métro à Londres lors de la pandémie

 - Sputnik France
S'abonner
Une responsable de l’OMS a expliqué que la mortalité potentiellement plus élevée du variant britannique du coronavirus, évoquée par Boris Johnson, pourrait être liée à sa transmissibilité accrue, surchargeant ainsi le système de santé.

Des études visant à examiner la transmissibilité et la gravité des nouveaux variants du coronavirus sont en cours, a déclaré, lors d’une conférence de presse le 22 janvier, la responsable de la gestion de la pandémie à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Maria Van Kerkhove.

Celle-ci a fait savoir que, jusqu'à présent, les experts n’avaient «pas vu d’augmentation de la gravité», mais qu’une plus grande transmission pourrait «surcharger le système de santé» et donc causer plus de décès.

Variant britannique

Parallèlement à cette conférence de l’OMS, une autre se déroulait au Royaume-Uni. Le conseiller scientifique en chef du gouvernement britannique, Patrick Vallance, y a pointé «des preuves» selon lesquelles «il existe un risque accru pour ceux qui ont le nouveau variant».

Pour un homme dans la soixantaine infecté avec la souche originale du virus, «le risque moyen est que pour 1.000 personnes infectées, environ 10 mourront malheureusement», a précisé M.Vallance, avant de poursuivre:

«Avec le nouveau variant, pour 1.000 personnes infectées, on peut s'attendre à ce qu'environ 13 ou 14 personnes meurent», a-t-il déclaré.

Le Premier ministre britannique a pour sa part déclaré le 22 janvier qu’outre sa propagation plus rapide, la souche du coronavirus détectée fin 2020 en Angleterre pourrait être associée à une mortalité plus élevée.

Boris Johnson a toutefois précisé que selon tous les éléments actuellement disponibles, les deux vaccins utilisés en Grande-Bretagne contre le coronavirus, soient AstraZeneca/Oxford et Pfizer/BioNTech, restaient efficaces aussi bien contre les anciens que les nouveaux variants du coronavirus.

Le variant britannique du coronavirus a déjà été détecté dans 60 pays, selon l’OMS. De nombreux États, dont la Russie, ont suspendu les liaisons de transport avec le Royaume-Uni.
 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала