Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

En territoire kurde, Washington et Ankara avancent leurs pions, jusqu'au choc?

S'abonner
La politique kurde de la nouvelle Administration Biden devrait éclaircir la relation si complexe qu’entretiennent Washington et Ankara. Sur le terrain, le déploiement des forces militaires turques, américaines et russes dans le nord de l’Irak et de la Syrie en dit déjà beaucoup. Analyse en carte.

Par ses offensives contre les Kurdes du PKK, la Turquie s’est projetée territorialement au-delà de sa frontière sud. Dans le nord de l’Irak donc, Ankara dispose désormais d’une quinzaine d’installations militaires et tente de supprimer les bases arrière du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). En Syrie, la Turquie s’est approprié une large bande territoriale, aux dépens des Forces Démocratiques Syriennes (FDS), en partie composées de factions du YPG, la branche armée du PKK en Syrie.

Or, les ambitions turques pourraient se frotter à la puissance américaine, encore présente dans ces zones depuis l’arrivée au pouvoir de Joe Biden. Le 47e Président américain s’est avéré un ardent défenseur de la cause démocratique kurde et un fervent critique de la politique d’Erdogan.

Et c’est sans compter sur les troupes russes, solidement campées dans la région, qui permettront aussi à la Russie d’avoir son mot à dire sur la question kurde, permettant à Moscou de continuer à jouer son rôle d’arbitre entre Damas, Washington et Ankara.

Ne manquez pas, ce soir à 18h sur la chaîne YouTube de Sputnik, le nouvel épisode de Lignes Rouge sur ce sujet.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала