Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L’Irlande soupçonne, sans plaisanter, Poutine d’être responsable de la disparition d’un dauphin «mascotte»

S'abonner
La mascotte de la ville portuaire de Dingle, en Irlande, a disparu en octobre 2020. Ce dauphin adoré par les citadins et les touristes pourrait avoir pâti de… technologies marines utilisées par la Russie, suggèrent certains politiciens.

Il y a trois mois, le dauphin nommé Fungie a disparu du port de Dingle, en Irlande. Il vivait depuis des décennies au large de la ville et était devenu sa mascotte. Une statue de bronze le représentant y avait même été érigée en 2000. Il a été vu pour la dernière fois le 13 octobre.

Rien n’explique ce qui lui est exactement arrivé. Le mystère entourant toujours sa disparition, beaucoup estiment qu’il est mort, tandis que d’autres espèrent qu’il est simplement parti vivre ailleurs. Il existe cependant une autre théorie, qui suggère que la Russie est à blâmer, relate le journal irlandais Irish Post.

​Pourquoi? L’utilisation par la Russie d’une technologie de localisation dans les eaux irlandaises aurait un impact sur le nombre de baleines et de dauphins. Par conséquent, ce serait l’une des explications de la disparition de Fungie.

Une nouvelle accusation contre Moscou

Certains politiciens irlandais ont donc laissé entendre que la Russie, qui utilise des sonars près de la baie de Dingle, pourrait en être responsable.

​«Ce pourrait être les Russes. Ce pourrait être Poutine», a notamment déclaré le sénateur irlandais Ned O’Sullivan.

Car c’est le Président russe qui aurait approuvé une utilisation accrue de ce système de sonars sous-marin pour garder un œil sur les déplacements des navires de la marine britannique, avance le média.

Le ministre d’État au Patrimoine et à la Réforme électorale Malcolm Noonan a déclaré qu’il partageait les préoccupations concernant l’impact des bruits sous-marins et des perturbations acoustiques, y compris celles produites par les sonars, sur les cétacés vivant dans les eaux irlandaises.

​Pour communiquer entre eux, mais aussi pour trouver de la nourriture et détecter les dangers, les dauphins et les baleines utilisent en effet une écholocalisation semblable à celle d’un sonar. Les technologies utilisées par les sous-marins et autres navires pourraient avoir des effets néfastes sur ces mammifères, explique le journal.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала