Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Face aux «frictions et aux déchirements» en Nouvelle-Calédonie, l’État doit-il intervenir?

© AFP 2021 THEO ROUBYIndépendantistes en Nouvelle-Calédonie
Indépendantistes en Nouvelle-Calédonie - Sputnik France, 1920, 03.02.2021
S'abonner
La démission des indépendantistes a provoqué ce 2 février la chute du gouvernement en Nouvelle-Calédonie. Une décision qui a pour principal objectif de retarder la vente de l’usine de nickel, sur laquelle indépendantistes et loyalistes s’écharpent depuis des mois. L’État doit-il intervenir? Décryptage avec le spécialiste Bastien Vandendyck.

Après l’alerte au cyclone, la Nouvelle-Calédonie est dans la tourmente politique. Les indépendantistes du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS) ont démissionné le 2 février du gouvernement collégial, entrainant de facto sa chute.

Comptant cinq sièges de l’exécutif sur onze, ceux-ci ont dénoncé «l’impasse et l’immobilisme», quitte à aggraver la crise dans l’archipel, où le rachat de l’usine de nickel du Sud est devenu un enjeu politique majeur. Dans la lettre de démission adressée au président loyaliste du gouvernement, les dirigeants indépendantistes ont ainsi invoqué le «processus de vente» du site industriel du brésilien Vale, «qui fait primer les intérêts des multinationales sans considération des aspirations des populations locales.»

Manifestation de loyalistes le 12 décembre en Nouvelle-Calédonie  - Sputnik France, 1920, 17.12.2020
Dégradations et violences en Nouvelle-Calédonie: rien ne va plus entre loyalistes et indépendantistes
Prévu le 12 février, le rachat par un consortium où figure le géant suisse Trafigura de cette usine stratégique pour l’île suscite depuis des mois de fortes tensions sur le Caillou. Envahi le 10 décembre par des émeutiers, le site employant 3.000 salariés est toujours à l’arrêt et sous protection des forces de l’ordre.

Une stratégie pour faire capoter la vente de l’usine

«C’était prévisible», estime Bastien Vandendyck, spécialiste de la géopolitique du Pacifique au sein du cabinet de conseil Vae Solis. Il évoque «la résultante d’un jeu d’alliances» avec l’Éveil océanien, parti charnière au Congrès, issu de la communauté wallisienne et futunienne, à même de faire et défaire les majorités. Milakulo Tukumuli, son leader, a ainsi estimé que la décision des indépendantistes visait clairement à «bloquer la cession de l’usine de Vale», précise l’AFP. Pour l’analyste, la décision du FLNKS était également prévisible, car «les indépendantistes ont tout intérêt à faire tomber le gouvernement pour le récupérer» dans une telle séquence.

«Ce qui permet d’élire ce congrès, ce sont les équilibres de pouvoir. Or, le congrès est divisé aujourd’hui en deux parties ennemies. Vous avez une partie indépendantiste qui a 26 sièges, une partie loyaliste qui a 25 sièges et l’ensemble du congrès, c’est 54 sièges. Les trois restants appartiennent à l’Éveil océanien.»

Étant favorable au report de la vente de l’usine, ce dernier parti pourrait prochainement former une majorité avec le FLNKS. «Avec la chute du gouvernement, les négociations sont suspendues», reportant alors sine die la cession de l’usine. En «bloquant les échanges et les discussions» jusqu’à déclencher une crise institutionnelle, les indépendantistes font fi de la «crise économique et sociale», des «frictions et des déchirements» en Nouvelle-Calédonie. Mais ont-ils intérêt au chaos?

«En tout cas, ils ne font pas grand-chose pour le réduire quand on voit le positionnement jusqu’au-boutiste qu’ils ont sur l’usine, au risque de la faire arrêter et de condamner trois mille emplois.»

Vandendyck rappelle qu’à plusieurs reprises, les indépendantistes ont quitté la table des négociations, préférant parfois des échanges directs avec Paris, laissant de côté les autres partis politiques de l’île. Il prévient que face à ces luttes politiciennes où les «deux camps ont tout le mal du monde à discuter», c’est l’avenir de 300.000 personnes qui «est en jeu».

L’État, juge et partie

Si l’État français a choisi la neutralité en organisant les deux référendums de 2018 et de 2020, il pourrait bien cette fois s’ériger en «juge de paix», tant les enjeux –tant diplomatiques qu’économiques et environnementaux– sont cruciaux.

Le discours d’Emmanuel Macron à Sydney en 2018 avait donné le ton sur l’importance de l’axe indopacifique et la proximité française avec l’Australie, face aux ambitions de la Chine avec ses Nouvelles Routes de la Soie. C’est dans ce contexte que le Caillou, dont le sous-sol regorge de nickel, suscite l’appétit de Pékin.

​«Malgré tout ça, l’État conserve une place assez neutre», constate l’analyste, qui évoque une volonté de «responsabiliser les acteurs locaux», ceux-là mêmes qui aspirent à «une grande autonomie, pour certains même une indépendance». Ils ne peuvent pas «revendiquer tous les quatre matins une forte autonomie», puis dès qu’il y a un problème de gestion sur l’île, «abandonner ce problème à l’État». Le spécialiste de la géopolitique du Pacifique loue ainsi le sérieux de Paris à respecter le «droit international», conformément aux Accords de Nouméa de 1998, et à poursuivre le «processus de décolonisation».

Emmanuel Macron et Xi Jinping - Sputnik France, 1920, 18.01.2021
Nouvelle-Calédonie: l’ombre de la Chine derrière les indépendantistes?
Dans un communiqué, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a pris acte de la démission des indépendantistes et formulé «le vœu de voir un nouveau gouvernement formé dans les délais les plus courts». Faut-il désormais taper du poing sur la table?

«Maintenant, quand on regarde la situation actuelle sur l’île, quand on voit le ras-le-bol de certaines personnes, quand on voit que certaines personnes sont prises en otage, il me parait assez compliqué de pouvoir conserver une position de la sorte pendant encore très longtemps. Aujourd’hui, ça fonctionne, mais si la situation venait à s’empirer, il est évident que l’État devra s’investir encore plus.»

C’était déjà le souhait de Marine Le Pen le 11 décembre. La présidente du Rassemblement national avait demandé à l’État de reprendre la main face aux tensions, estimant que «le choix prolongé de l’impuissance conduit au chaos». Mais en aura-t-il les moyens?

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала