Le Drian sur le Nord Stream 2: «C’est de la responsabilité des Allemands de faire des choix»

© Sputnik . Alexej Vitvitdki / Aller dans la banque de photosNord Stream 2
Nord Stream 2  - Sputnik France, 1920, 03.02.2021
Tout en affirmant sur Europe 1 que Paris menait avec Berlin «une discussion sereine» quant au Nord Stream 2, Jean-Yves Le Drian a estimé que c’était «de la responsabilité des Allemands de faire des choix».

Répondant sur Europe 1 à la question de savoir si la France faisait pression sur l’Allemagne en l’appelant à abandonner le Nord Stream 2 dans le contexte de la situation autour d’Alexeï Navalny, Jean-Yves Le Drian a répondu qu’il ne fallait pas «confondre les sujets».

Selon le ministre français des Affaires étrangères, il a avec Berlin «une discussion qui est sereine, loyale et franche»:

«Nous avons avec les Allemands une discussion sur le Nord Stream 2 mais qui concerne essentiellement les enjeux de souveraineté énergétique européenne. […] Nous interrogeons simplement les Allemands sur la sécurité énergétique de l’Europe», a assuré Jean-Yves Le Drian.

Selon lui, «il faut qu’à l’égard de la Russie, l’Europe ait une position ferme et à la fois de discussion pour faire bouger les lignes».

L’animatrice Sonia Mabrouk a ensuite évoqué les récents propos de Clément Beaune, secrétaire d'État chargé des Affaires européennes. Celui-ci avait affirmé le 1er février sur France Inter que Paris avait appelé Berlin à renoncer au projet de construction de ce gazoduc, presque terminé, à cause de l’arrestation de Navalny.

M.Le Drian a donc rétorqué qu’ils avaient «toujours la même position» sur ce sujet.

«C’est la responsabilité des Allemands de faire des choix et prendre les décisions nécessaires sur les projets qu’ils ont montés», a-t-il précisé.

Le Nord Stream 2 dans le contexte de l’affaire Navalny

Dans la foulée des manifestations en Russie en soutien à l’opposant Alexeï Navalny, plusieurs personnalités politiques occidentales se sont prononcées pour sa libération.

Dans un communiqué du Parlement européen publié le 21 janvier à l’issue d’une session plénière, les députés ont appelé les États membres à «renforcer de façon significative» les sanctions à l’encontre de la Russie suite à l’arrestation de Navalny en stoppant notamment, «une fois pour toutes», la construction du Nord Stream 2.

Le tribunal de Moscou a ordonné le 2 février d'annuler la peine avec sursis d'Alexeï Navalny dans l'affaire Yves Rocher et de la remplacer par trois ans et demi de prison. Toutefois, étant donné que l’opposant a passé un an en résidence surveillée lors de l'enquête préliminaire, il passera deux ans et demi enfermé. Sa défense a déjà confirmé à Sputnik qu’elle ferait appel.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала