Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une clinique privée verra le jour à Moscou en partenariat avec le CHU de Strasbourg

Un hôpital - Sputnik France, 1920, 07.02.2021
S'abonner
Une clinique privée «à la française» devrait voir le jour d’ici deux ans dans la banlieue moscovite, révèle Rue89 Strasbourg. Pour ce faire, le milliardaire russe à l’initiative du projet Alexandre Mamut a signé un partenariat avec le CHU de Strasbourg qui établirait ainsi une filiale dans la capitale russe.

Une filiale du Centre hospitalier universitaire de Strasbourg devrait ouvrir à Moscou dès 2022, informe le média Rue89 Strasbourg, révélant des détails du projet. À l’initiative de l’avocat, banquier et investisseur russe Alexandre Mamut, cette clinique prévoit d’engager jusqu’à 40 médecins français.

Le projet s’inscrit dans le cadre d’un «cluster médical international» regroupant d’autres institutions étrangères, notamment la Hebrew Medical University, déjà présente, et le Séoul National University Bundang Hospital, dont l’ouverture est également prévue en 2022; le tout situé dans le parc technologique de Skolkovo, en bordure de la capitale russe.

Attirer des spécialistes

D’après les documents consultés par le média, la clinique doit fonctionner à terme avec une centaine de médecins, dont 25 à 40 Français, pour 60 lits répartis entre plusieurs services spécialisés. Pour attirer les spécialistes, le milliardaire prévoit de maintenir le salaire français, majoré de 1.000 à 2.000 euros, avec des avantages en nature, par exemple un logement gratuit.

Le CHU de Strasbourg interviendrait également dans la formation médicale, cette fois en partenariat avec l’Université publique de médecine de Moscou, avec des programmes d’enseignement, des séminaires et des stages. Ce volet pourrait toutefois être retardé, le CHU ayant indiqué que «la priorité en 2021 restera consacrée à la lutte contre la pandémie de Covid-19».

Facilité par la loi Macron

Ce type de filiale est possible non seulement grâce à la loi russe, qui a créé des «conditions spéciales» pour ce cluster médical, mais aussi grâce à un article spécifique de la loi Macron permettant aux CHU français de «créer des filiales, sociétés de droit privé ou prendre des participations dans ces dernières», précise Rue89 Strasbourg.

Contactées par le média, la direction du CHU et la maire de Strasbourg ont toutefois refusé d’en révéler davantage sur ce projet.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала