Le député brésilien qui avait touché les seins d’une collègue en pleine séance risque la destitution – vidéo

© Photo Pixabye/StockSnap Chaussures de femme
Chaussures de femme - Sputnik France, 1920, 16.02.2021
Au Brésil, le comité d’éthique du Parlement a finalement accepté une plainte déposée il y a deux mois par une élue accusant un député de harcèlement sexuel en pleine séance. Les faits ont été capturés par une caméra installée dans l’institution.

Deux mois après le dépôt d’une plainte de la part de l’élue brésilienne Isa Penna visant un député qui l’avait harcelée sexuellement en plein parlement, le comité d’éthique a finalement accepté de s’en charger. Cette décision implique donc que l’élu risque de perdre son statut de parlementaire.

«À l’unanimité, 10 contre 0. Le comité d'éthique accepte la plainte […]. Сe qui signifie qu’[elle] sera examinée et discutée par le comité lui-même», a précisé sur Twitter Isa Penna, qui se définit comme une bisexuelle et «féministe à 100%».

L’affaire remonte au 17 décembre. Comme le montre une vidéo d’une caméra installée dans la chambre, en pleine séance parlementaire, le député Fernando Cury s'est approché par derrière d’Isa Penna et a posé ses mains au niveau de ses seins. L’élue s’est retournée et a repoussé son collègue, lequel a essayé d’insister et a posé sa main cette fois sur son épaule. Après avoir discuté quelques instants, les députés se sont éloignés.

​Jamais reçu «une seule plainte»

Mme Penna a dénoncé M.Cury auprès du comité d'éthique. Cependant, le député a nié tout harcèlement et a évoqué un «câlin rapide et superficiel». L’avocat du législateur a appuyé que son client «n'[avait] jamais reçu une seule plainte de manque de respect envers les femmes, seulement des éloges».

Il est précisé que le comité d'éthique a recommandé l'expulsion du parlementaire de son parti politique, Citoyenneté, où un processus interne est également en cours. En outre, un procès pénal avait été autorisé plus tôt par le ministère public de São Paulo.

«Malgré ce beau résultat, nous ne pouvons baisser la garde, car la destitution n’est pas garantie. Le combat continue pour qu'il n'y ait pas d'impunité dans cette affaire!», fait remarquer Mme Penna sur Twitter.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала