Un chercheur français avance que le Covid-19 est né en Asie du Sud-Est il y a 10 ans

CC BY 2.0 / NIAID / Novel Coronavirus SARS-CoV-2Coronavirus SARS-CoV-2 (photo d'archives)
Coronavirus SARS-CoV-2 (photo d'archives) - Sputnik France, 1920, 20.02.2021
Le Covid-19 pourrait être né en Asie du Sud-Est, notamment au Cambodge, en 2010, avant d’être importé en Chine, a expliqué sur RFI un chercheur au Muséum national d’histoire naturelle à Paris. La population de ces pays, qui vit en contact permanent avec le virus, semble en effet être celle du monde à le moins ressentir l’effet de l'épidémie.

Alors que le terme «virus chinois» est né en lien avec le Covid-19, Alexandre Hassanin, chercheur au Muséum national d’histoire naturelle à Paris, suppose qu’il est en réalité né en Asie du Sud-Est. Il a consacré à cette hypothèse un article publié début février sur le site The Conversation.

Invité sur RFI, le chercheur a étayé son hypothèse. Ainsi, il souligne que dans tous ces pays d'Asie du Sud-Est, «l'épidémie a le moins d'impact», alors que ces pays «représentent la niche écologique du virus, où les virus du type SARS-CoV-2 sont censés circuler naturellement chez les chauves-souris».

Dans son article, il explique qu’en 2010, des chercheurs d’une expédition consacrée à l’étude des chauves-souris au Cambodge ont réalisé des prélèvements. Ceux-ci ont été conservés dans un congélateur pendant dix ans avant d’être récemment analysés par une équipe du Muséum national d’histoire naturelle. Le séquençage des virus a montré une grande similarité avec l’actuel SARS-CoV-2, responsable de la pandémie de nouveau coronavirus.

Deux importations de virus par le passé

Cependant, la façon dont le virus est arrivé à Wuhan, berceau de la pandémie, est encore à trouver, rappelle-t-il. Il y a tout de même «des données qui nous montrent que des pangolins malais, donc qui viennent d'Asie du Sud-Est, ont été contaminés par le passé avant l'épidémie de Covid-19», à savoir en 2017 et 2019. La contamination a véhiculé par des pangolins, porteurs du virus SARS-CoV-2, depuis l'Asie du Sud-Est vers la Chine.

Cela prouve, d’après lui, qu'il y a eu «au moins deux importations de virus en provenance d'Asie du Sud-Est par le passé».

La pandémie a donc pu éclater car les Chinois n’ont jamais été en contact «avec ces animaux qui sont potentiellement porteurs de bactéries et de virus», avance-t-il.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала