Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le montant légué par un mécène français aux chats de l’Ermitage révélé 

© Sputnik . igor Roussak / Aller dans la banque de photosChat du musée de l'Ermitage
Chat du musée de l'Ermitage - Sputnik France, 1920, 25.02.2021
S'abonner
Les chats de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, bénéficiaires du don posthume d’un mécène français, devront prochainement recevoir le montant légué. Il est fort probable que l’argent servira à faire les travaux dans les lieux qui servent de toit aux matous.

Vers la fin du printemps, les fameux gardiens à quatre pattes du musée de l’Ermitage recevront l’équivalent d’environ 3.000 euros qui leur a été légué par un mécène français, a fait savoir Maria Khaltunen, la porte-parole des chats.

Héritage venu de France

En effet, en décembre dernier, le directeur de l’Ermitage, Mikhaïl Piotrovski, a fait savoir qu’un mécène français avait mentionné les félins du plus grand musée de Russie et l’un des plus importants au monde, dans son héritage et qu’il leur a laissé une certaine somme d’argent. Le montant exact n’a pas été révélé mais il a été précisé que ces moyens seraient probablement dépensés pour réparer les sous-sols du musée, habitat des matous.

La procédure prend fin

Maria Khaltunen a précisé aux journalistes que la procédure touchait à sa fin et que  la somme léguée aux chats serait reçue avant le début de l’été. Précisant qu’il s’agissait d’environ 3.000 euros, elle a explicité qu’aucune décision définitive n’avait été prise quant à la dépense de ce montant.

Un chat de l'Ermitage - Sputnik France, 1920, 02.12.2020
Un mécène français fait un don posthume «touchant» aux chats du musée de l’Ermitage en Russie
Le musée, selon elle, penche toujours vers l’option de le dépenser pour réparer l’habitat des chats qui sont aujourd’hui au nombre de 50.

Plusieurs siècles d’histoire

On considère que l’histoire des chats de l’Ermitage plonge ses racines au XVIIIe siècle, avec le matou ramené d’Hollande par Pierre le Grand. Sa fille, Élisabeth de Russie, ira plus loin et promulguera un décret exigeant que des chats capables de chasser soient amenés au palais. Catherine la Grande dotera pour sa part les matous du statut de Gardiens des tableaux.

Ce n’est que pendant le blocus de Leningrad que les chats disparaîtront du palais, devenu entre temps musée, et de la ville. Au cours des années d’après-guerre, plusieurs milliers de chats seront envoyés dans la ville pour faire face aux myriades de rats y sévissant.

Le nombre de chats du musée varie entre 50 et 60 et un service spécial s’occupe de ces employés à quatre pattes.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала