Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La fuite de médecins en France suscite l’inquiétude en Algérie

Des médecins  - Sputnik France, 1920, 04.03.2021
S'abonner
«Je peux personnellement témoigner qu’il y a "un canal principal" vers la France», affirme à TSA le président du Comité scientifique en charge du Covid-19 en Algérie, évoquant une «hémorragie de médecins» qui partent pour l’étranger. Selon lui, 15.000 Algériens exercent en France.

Dans un entretien accordé à Tout sur l’Algérie (TSA), le Dr Mohamed Bekkat Berkani, président du Comité scientifique en charge du suivi de l’épidémie de Covid-19, déplore la cadence de l’immigration des médecins algériens, notamment vers la France.

«Le problème de l’émigration des "cerveaux" […] s’apparente chez nous à une véritable hémorragie de médecins», affirme le Dr Berkani. «Je peux personnellement témoigner qu’il y a "un canal principal" vers la France […], mais aussi vers les pays du Golfe et anglo-saxons, notamment les États-Unis», ajoute-t-il.
Il avance qu’entre «500 à 1.000 médecins algériens s’exilent annuellement, notamment en France où le Conseil de l’ordre des médecins recense 15.000 docteurs algériens».

Faire appel aux «médecins algériens établis à l’étranger»

Alors que certaines régions, notamment celles qualifiées par le Président Abdelmadjid Tebboune de «zones d’ombre de la République», manquent cruellement de structures médicales et de médecins, le Dr Bekkat Berkani appelle le gouvernement «à prendre à bras le corps ce fléau qui fait de l’Algérie un pays pourvoyeur de compétences au profit de pays étrangers».

Néanmoins, en attendant que des solutions radicales soient mises en œuvre, le Dr Berkani estime que le ministère de la Santé pourrait réfléchir à une formule en vue d’intéresser les compétences médicales algériennes de la diaspora et de les encourager à venir «prêter main-forte à leurs compatriotes» en les faisant profiter de leur savoir-faire.

«Pour faire évoluer le niveau médical en Algérie, il est intéressant de faire appel aux médecins algériens établis à l’étranger ou à des étrangers pour des opérations spot [missions médicales de courte durée, ndlr], mais il serait plus intéressant de garder nos jeunes médecins», explique-t-il.

«Des solutions pourraient être engagées immédiatement»

Abdelmadjid Tebboune - Sputnik France, 1920, 20.02.2021
La présidente du Forum Cœur d’Algérie évoque les ambitions du Président Tebboune
Le Dr Ibtissem Hamlaoui, spécialiste en chirurgie cardiovasculaire et présidente du Forum cœur d’Algérie (FCA), préconise dans plusieurs messages postés sur la page Facebook du FCA des solutions qui pourraient être, selon elle, «engagées immédiatement pour non seulement encourager les médecins algériens à rester dans le pays, mais aussi pour qu’ils s’installent dans les zones d’ombres».

En effet, de retour d’une campagne médicale qui a touché au moins 400 personnes dans le sud-est du pays, le Dr Hamlaoui considère que «l’État pourrait accorder des crédits à des groupes de médecins de différentes spécialités pour les aider à créer des polycliniques avec obligation d’investir dans les régions nécessiteuses».

Par ailleurs, elle appelle «les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur à mettre en place des formations sanctionnées par des diplômes avec autorisation d’exercice pour les généralistes qui voudraient pratiquer des actes spécifiques qui sont du ressort de spécialistes». «Il s’agit par exemple de les former à faire des radios, des IRM, des scanners de telle façon qu’un patient qui en a besoin ne soit pas obligé de faire des centaines de kilomètres pour une clinique spécialisée».

«L’argent existe»

Appelant à «réformer la sécurité sociale à rediriger ses fonds au payement des actes médicaux», le Dr Ibtissem Hamlaoui affirme que «l’argent existe, il suffit par exemple de rediriger l’argent des spectacles organisés par le ministère de la Culture, où des milliards sont dépensés pour répandre la laideur et la médiocrité, pour aider de jeunes médecins à se lancer dans la vie professionnelle».

«Il faudrait réévaluer les salaires des praticiens de la Santé publique, leur assurer des formations continues de mise à niveau», conclut-elle, soulignant que «c’est le seul moyen de garder nos médecins en Algérie».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала