Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une «asphyxie positionnelle» évoquée comme cause du décès d’Adama Traoré par un médecin légiste US

© SputnikUne fresque Traoré/Floyd à Stains, 22 juin 2020
Une fresque Traoré/Floyd à Stains, 22 juin 2020 - Sputnik France, 1920, 05.03.2021
S'abonner
Un nouveau rapport sur la cause du décès d’Adama Traoré réalisé par le médecin légiste américain qui a autopsié George Floyd et conclu qu’il est mort des suites des actions du policier, met en cause les gendarmes, responsables selon lui d’«une asphyxie positionnelle», indique Franceinfo.

Un mois après l’expertise de médecins belges évoquant une éventuelle contribution des gendarmes au décès d’Adama Traoré lors de son interpellation, un rapport rédigé par Mickael Baden, célèbre médecin légiste américain, consulté par Franceinfo, pointe «une asphyxie positionnelle» comme cause de la mort.

La façon dont le plaquage ventral a été exécuté par les gendarmes, notamment la pression exercée sur le dos du jeune homme, est mise en cause dans son rapport médical. Selon M.Baden, les pathologies préexistantes d’Adama Traoré ne peuvent expliquer son décès. Ses conclusions ont été envoyées aux juges d’instruction, précise le média.

Autopsie de George Floyd

Considéré comme l’un des spécialistes américains en médecine légale les plus réputés, Mickael Baden a réalisé une autopsie indépendante de George Floyd, mort en 2020 lors d’une arrestation à Minneapolis. Les autorités ont remis en cause leur version initiale après les conclusions de M.Biden sur la mort de cet Afro-Américain qui avancent une asphyxie.

Le policier mis en cause sera jugé à partir du 8 mars.

Affaire Traoré

L’expertise réalisée par un groupe de médecins belges et ordonnée par les magistrats explique le décès d’Adama Traoré par un «coup de chaleur», «aggravé» par les manouvres d’immobilisation et de menottage et souligne que les antécédents médicaux du défunt y ont contribué dans une «plus faible mesure».

La version du plaquage ventral comme cause du décès est soutenue par les proches du jeune homme depuis bientôt cinq ans, mais réfutée par les trois gendarmes impliqués.

Auprès de Franceinfo, l’avocat de deux des gendarmes, Rodolphe Bosselut, dénonce l’intention de «faire de l’affaire Traoré l’équivalent de l’affaire Floyd aux États-Unis». Selon lui, c’est «intellectuellement malhonnête et au surplus totalement délirant».

Adama Traoré est décédé en juillet 2016 au cours d’une interpellation à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise). La mort de George Floyd a donné une nouvelle impulsion au mouvement Justice pour Adama.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала